Imprimer cette page
18
mai

Riche actualité pour la PME de la Ciotat avec la mise à l’eau de l’éolienne flottante Floatgen en Bretagne et une levée de fonds de 15 millions d’euros destinée à la conduire vers un déploiement international de sa fondation flottante.

« Nous préparons une levée de fonds de 15 millions d’euros avec des investisseurs non-européens que nous espérons finaliser d’ici fin avril » avait glissé Paul de la Guérivière, le PDG d’Ideol, lors de son intervention, le 5 avril, à l’occasion des 10 ans d’Arts & Métiers Business Angels à Aix-en-Provence. Promesse tenue : le cofondateur avec Pierre Coulombeau de la PME de La Ciotat (50 collaborateurs) a officialisé la nouvelle le 26 avril alors que se tenait à Marseille, le colloque sur l’éolien offshore flottant (FOWT 2018). C’est la 5ème levée de fonds d’Ideol depuis sa création en 2010, la plus importante aussi. Le fonds d’investissement indépendant Kerogen Capital, spécialisé dans l’énergie, et basé à Hong-Kong et Londres (2 milliards d’euros d’actifs en portefeuille), va lui permettre d’accélérer son développement international à travers sa fondation flottante pour éoliennes en mer, « Damping Pool », en sécurisant ses besoins de trésorerie à long terme. Amundi Private Capital, Sofimac Régions et PACA Investissement, déjà actionnaires de la société, font également partie de ce tour de table. Si Kerogen parie sur l’essor du marché de l’éolien flottant, il dit avoir été séduit par l’équipe d’Ideol et sa technologie. L’entreprise prend en effet une avance significative dans son secteur : « Cet été, nous serons le seul acteur français avec deux démonstrateurs opérationnels, l’un en Europe, de 2 MW avec Floatgen conçu avec Centrale Nantes et Bouygues Travaux Publics, l’autre en Asie, de 3 MW au Japon avec Hitachi Zosen ». Ideol fait également partie du consortium de la ferme pilote Eolmed (24 MW) avec Quadran, Bouygues TP et Senvion, qui sera positionnée à 15 km des côtes de Gruissan d’ici à 2021.

En confiance au Japon

Construite à Saint-Nazaire, inaugurée en octobre 2017 et productrice de ses premiers électrons en décembre à partir du quai où elle a vu le jour, l’éolienne flottante Floatgen a quitté le port fin avril pour prendre sa place au large du Croisic. « C’est un investissement de 25 millions d’euros, précise Paul de la Guérivière, porté par l’ensemble des partenaires avec l’appui des fonds européens. Durant les 12 mois de construction, nous avons démontré combien cette filière pouvait être génératrice d’emplois ». Floatgen doit contribuer à valider la faisabilité technique et la viabilité économique de l’éolien en mer flottant dans la perspective d’un déploiement international de fermes commerciales pour lequel Ideol s’arme déjà. « La France doit lancer les appels d’offres, l’enjeu est crucial » insistait le dirigeant lors de FOWT 2018. Le Japon, lui, ne tarde pas : détenteur d’une filiale dans le pays, Ideol s’est associé avec Acacia Renewables, filiale de Macquarie Capital Japan, pour construire en 2023 la première ferme commerciale japonaise.

Jean-Christophe Barla

Légende photo (DR)

Floatgen transportée vers son site d’accueil au large du Croisic.

 

Lu 790 fois

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Jean-Christophe BARLA

Dernier de Jean-Christophe BARLA