Imprimer cette page
26
juillet

Le camion « Emplois Francs » recherche des entreprises-partenaires

Écrit par 
Publié dans Territoire

Alors que le dispositif des emplois francs a vu son périmètre géographique élargi en avril dernier, à Marseille un camion dédié ira à la rencontre des demandeurs d’emploi dans les quartiers prioritaires.  L’opération se déroulera du 26 août au 13 décembre prochain.

Créée  en 2016 à Marseille, l’association Vidéal, initiative du groupe Domino  services, lance son camion Emploi Francs dont l‘objectif est de faire se rencontrer entreprises qui recrutent  et demandeurs d’emploi  habitant les quartiers prioritaires de la ville (QPV).

Explications de Sébastien Prudhomme, fondateur-gérant de Domino Services. « Il s’agit d’une double démarche.  D’une part, recruter des emplois francs qui ont pris la suite des contrats aidés, vrai enjeu stratégique pour ma société de services à la personne. D’autre part, avoir une démarche engagée par rapport à une bonne mesure pour les entreprises qui se plaignent de payer trop de charges ».

En effet, ce dispositif lancé en avril 2018 qui permet aux demandeurs d’emploi des QPV, après avoir rempli une fiche d’inscription, de bénéficier d’un entretien express avec un ou des recruteurs s’engageant à leur répondre sous deux semaines, accorde aux entreprises une aide pouvant atteindre 15 000€ par recrutement.  Soit, dans le détail : 5 000 € sur deux ans pour un CDD  d’au moins six mois et 15 000 € sur trois ans  pour un CDI.

Si, à ce jour, Free et Kaporal sont les premières à participer aux côtés de Domino Services à  cette opération de camion itinérant, sponsorisée par AG2R La Mondiale, l’association Vidéal recherche d’autres entreprises-partenaires. «   Le camion Emploi Francs totalement équipé reviendra chaque semaine sur chacun des cinq emplacements (parking de centre commercial, cités). A son bord, deux chargés de recrutement vérifient l’éligibilité des candidats et les orientent vers l’entreprise susceptible  de leur donner une suite favorable. Cette initiative étant totalement privée, le coût du partenariat  s’élève à 4 500 € pour une PME, et à 9 000 € pour les grands comptes », précise Sébastien Prudhomme.

A noter : bien que  cette mesure désormais applicable sur 13 territoires et 740 QPV  en France métropolitaine et Outre-mer peine à se faire connaître,  4500 personnes auraient ainsi pu retrouver du travail.

Marie-Odile Helme

Photo©DR

Lu 394 fois

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Marie-Odile HELME

Dernier de Marie-Odile HELME