RokSearch



Le personnel, talon d'Achille de la sécurité économique dans l'entreprise

À la Villa Méditerranée de Marseille, le colloque Secem a permis de faire le point sur la sécurité économique dans les entreprises. La sensibilisation existe mais doit encore être renforcée notamment au niveau des salariés souvent peu conscients des risques.

« Gérer les risques ne doit pas nous faire conclure qu'il est possible d'éliminer la menace ou de prédire les risques. C'est une utopie de le croire » lance Aurélien Dyjak, directeur et co-fondateur de l'Institut de criminologie méditerranéen (ICM) d'Aix-en-Provence. Le sociologue intervenait dans le cadre du colloque Secem (Sécurité économique et compétitivité des entreprises en Méditerranée) qui se déroulait à Marseille le 18 juin 2015. «Un cambriolage peut faire basculer le sort d'une entreprise. La sécurité souhaitée pour les personnes au quotidien doit aussi valoir pour les entreprises. En favorisant leur sécurité, leur développement, nous luttons aussi contre les conflits sociaux » souligne le Général de gendarmerie David Galtier.
Atteintes aux biens (faux ordres de virement), intrusions informatiques ou pillage de données (parfois à cause d'une simple clef USB égarée), atteintes aux personnes (vols à domicile, extorsions), la liste des problèmes de sécurité rencontrés dans le cadre du monde du travail s'avère longue. « Les salariés ne se rendent pas compte de ce qu'est le capital information de leur entreprise. Le talon d'Achille c'est bien le personnel » commente Fabien Jacques, directeur du service achat et import chez Blachère Illumination. Pour Patrick Lacruche, directeur du service sûreté et sécurité chez Gemalto, « on ne pense pas toujours que l'information pourrait être utilisée de façon malveillante ». Ce groupe qui «manipule les données de ses clients et des clients de ses clients » incite ses salariés à la prudence sur les réseaux sociaux, même professionnels. « Tout le monde peut y apprendre leur fonction dans l'entreprise, leur adresse, s'ils partent en week-end etc... Le niveau de sensibilité des données privées ne cesse d'augmenter » rappelle Patrick Lacruche regrettant cette trop grande visibilité.

« Identifier les risques, les menaces, permet d'établir des profils et d'essayer de les minimiser ainsi que de voir jusqu'où nous pouvons aller. Car, l'entreprise est là pour faire du business, pas pour lutter contre les risques » précise le représentant de Gemalto. François Ranise, fondateur de la société Profil (travaux sur corde), avoue s'intéresser prioritairement à la sécurité de ses collaborateurs qui exercent en hauteur. « Nous travaillons depuis six ans sur la cartographie des risques et nous nous apercevons qu'il existe aussi d'autres menaces et notamment sur l'informatique. Nous avons donc décidé d'externaliser le stockage de données et une partie de notre gestion informatique » poursuit-il. Patrick Lacruche conseille la ségrégation des tâches. « Celui qui passe une commande n'est pas le même que celui qui l'a reçoit qui n'est pas le même que celui qui la paye. »

Frédéric Dubessy

 

Photo ©FD: Pour le sociologue Aurélien Dyjak il n'est pas possible d'éliminer la menace sécuritaire sur les entreprises.