Menu

​Trafics portuaires contrastés en 2021 pour Marseille, Toulon et Nice


           

Si depuis le début de l’année le port de Marseille-Fos retrouve des couleurs avec un trafic de marchandises en hausse de 10% pour 56,4 millions de tonnes manutentionnées à fin septembre et un flux de voyageurs qui se redresse sur la fin d’année, les ports de Toulon et Nice sont au creux de la vague pour le fret et les voyageurs respectivement.


Depuis fin 2020, les terminaux à conteneurs de Seayard et d’Eurofos sont reliés par un nouveau quai de 300 mètres de long offrant un linéaire total de déchargement de 2,6 km de long. ©GPMM
Depuis fin 2020, les terminaux à conteneurs de Seayard et d’Eurofos sont reliés par un nouveau quai de 300 mètres de long offrant un linéaire total de déchargement de 2,6 km de long. ©GPMM
À Nice, le trafic fret se résumera cette année 2021 à 140 escales des vraquiers Capo Cinto et Nero pour les cimentiers Vicat et Lafarge Holcim et de sombres perspectives avec la décision de Lafarge de fermer la cimenterie de Contes en fin d’année. Cette décision prendra effet début 2022, les expéditions partiront désormais du port de Fos. Seul Vicat devrait poursuivre ses exportations vers Imperia en Italie et vers l’Afrique de l’Ouest, où se trouve un nouveau débouché de marché. Côté passagers, Nice a repris de la vigueur à compter de juin et juillet avec le redémarrage des rotations de ferries sur Bastia. « Nous devrions clore l’année avec 270 000 passagers en 2021 contre 415 000 en 2019. Quant aux croisières, la reprise a été timide entre juillet et octobre avec seulement des escales de petites unités. Nous avons récupéré une vingtaine d’escales de la compagnie Viking initialement prévues à Monaco, la Principauté ayant décidé d’arrêter la croisière en automne et en hiver », explique Nicolas Plumion, président de l’Union Maritime du 06. Malgré cette reprise ponctuelle, l’activité passagers ne cesse de s’éroder enregistrant une chute de 73% depuis dix ans. 

Nice, un port de commerce aux allures de port de plaisance

Nicolas Plumion, président de l’Union Maritime du 06. ©NBC
Nicolas Plumion, président de l’Union Maritime du 06. ©NBC
Une spirale baissière qui pourrait se poursuivre avec les intentions affichées de Christian Estrosi, président de métropole de Nice Côte d’Azur de vouloir taxer pour des raisons environnementales les véhicules embarqués sur les ferries.  
Un volant de trafic qui pourrait alors se reporter vers Toulon, base de Corsica Ferries. « Le vrai challenge consiste à consolider nos positions dans le ferry, la limite étant l’acceptabilité territoriale de l’augmentation des flux de passagers avec un seuil de tolérance à 2 millions », commente Jérôme Giraud, directeur exécutif des ports de la rade de Toulon. De janvier à fin septembre, Toulon a accueilli 1,3 million de passagers, une fréquentation en hausse de 33% comparé à 2020. Côté marchandises, le départ, en octobre 2019, de la ligne régulière sur la Turquie DFDS UNRO RO, a laissé un grand vide qui n’est toujours pas comblé malgré quelques opérations ponctuelles d’affrètement de car-carriers. « Ces crises nous obligent à nous réinventer et à conforter notre rôle de port de niche, de spécialités », argumente Jérôme Giraud. 
Un collectif « Rebond Brégaillon » a été créé afin de capter de nouveaux trafics fret et de rentabiliser l’investissement de 12 M€ dans la réhabilitation de la voie ferrée bord à quai.
 

Les dockers de Fos manifestent

Sur le port de Marseille-Fos, l’activité s’est redressée de 10% totalisant 56,4 millions de tonnes manutentionnées en cumul de janvier à fin septembre 2021. Les marchandises diverses ont progressé de 14%, les vracs liquides de 5%, les vracs solides de 26% tirés par le dynamisme de la sidérurgie. Cependant, les ouvriers dockers s’inquiètent des conséquences sur leur activité de l’arrêt définitif de la tranche charbon de 600N MW de la Centrale thermique de Provence.
A l’appel de la CGT, les dockers de Fos et agents portuaires ont manifesté le 25 novembre au matin devant le siège du port de Marseille-Fos avant d’être reçus par la direction du port. Quant aux flux de voyageurs sur Marseille, ils sont très loin des niveaux d’avant crise avec seulement 656 000 passagers (+4%) avec un démarrage très tardif et timide de la croisière.


Rédigé par Nathalie Bureau du Colombier, le Jeudi 25 Novembre 2021 | Lu 53 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N°203 - Septembre Octobre 2021




Facebook

Derniers tweets

Les plus lus

Inscription à la newsletter