Menu

Earthship Sisters 2021… Toutes voiles dehors !


           

La deuxième promotion de ce dispositif dédié aux femmes qui veulent booster leur leadership, via un projet d’entrepreneuriat à impact environnemental, a embarqué le week-end de Pentecôte pour une régate et un week-end au Frioul.


Photo©Earthship Sisters
Photo©Earthship Sisters
Elles étaient 17 à prendre la mer sur des voiliers vers les îles du Frioul. 17 femmes au profil différent certes, mais réunies par un dénominateur commun : l’envie de doper leur leadership en se lançant dans une transition professionnelle à l’impact environnemental et sociétal. De quoi s’agit-il exactement ? D’un concept original co-fondé il y a quatre ans par Deborah Pardo, -scientifique, docteur en écologie, guide d’expéditions en Arctique et Antarctique -, dont l’objectif est de proposer à une petite vingtaine de « Sisters » de tous âges et tous univers de porter des projets au service de l’écologie… A travers le partage et l’aventure. En pratique, le programme Earthship Sisters, d’une durée de 12 mois, (250 h de formation dont 5 week-ends en pleine nature) doit permettre aux participantes de monter leur entreprise d’économie sociale et solidaire, en générant des emplois. Ainsi, depuis le lancement de l’initiative en 2019, 80% issues de la première promotion ont créé leur structure et… 19 emplois.
Assorti d’une navigation commune de 15 jours en Méditerranée qui se déroulera en octobre prochain, avec 11 escales prévues dans trois pays afin de sensibiliser scolaires et grand public à la cause de l’environnement, ce programme porté par des « ambassadeurs » de renom offre aux « Sisters » l’accompagnement de mentors expérimentés (chefs d’entreprise, responsables d’organismes, etc.) et coachs professionnels. 
Soutenue par Capgemini engineering et bon nombre d’institutions (Agence de l’eau, Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Conseil départemental 13, Ville de Marseille, Aix-Marseille-Métropole, Ville de Port-Saint-Louis-du-Rhône, Office de l’environnement de la Corse) ainsi que par plusieurs autres partenaires, cette formation originale demande aux « Sisters » une participation (6 000 €) au financement du programme qu’elles doivent trouver via un apport participatif, du mécénat privé, etc. « En trois mois, 60% avaient déjà réussi à l’obtenir », précise Deborah Pardo qui compte développer ce dispositif aux USA, au Mexique et en Afrique de l’Ouest.


Rédigé par Marie-Odile Helme, le Mardi 25 Mai 2021 | Lu 149 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N°201 - Mai Juin 2021


businews_201_bd.pdf Businews 201 BD.pdf  (18.28 Mo)


Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter