Menu

Immobilier, les agences accélèrent leur digitalisation


           

Dans le contexte du deuxième confinement, les agences immobilières ont recu des consignes leur interdisant de recevoir le public et d’effectuer des visites physiques. Malgré tout l’activité continue.


« Le gouvernement a fait part de mesures extrêmement claires concernant l’immobilier. D’une part les agences immobilières sont fermées au public. De l’autre, les visites physiques pour les transactions ou locations sont interdites. Hormis ces contraintes, l’activité peut fonctionner » assure Didier Bertrand de l’agence immobilière Le Marquis et Président de la FNAIM des Bouches-du-Rhône. Et de fait, pour Marie Laurence de Bryas, co-fondatrice de MaisonsàMarseille, créée en 2012 bientôt siglée MAM et orientée sur la transaction et la relocation, ces règles sont quelque peu contradictoires, « Nous avons le droit de nous rendre chez des vendeurs pour réaliser une expertise, mais pas de réaliser une visite physique. Or, il nous serait tout à fait possible de respecter les consignes sanitaires ». Dans un contexte où les entreprises s’adaptent quasiment au jour le jour, l’organisation est de mise, le plus possible en télétravail. « Lors du premier confinement, nous avons vécu un arrêt général des activités, ce n’est plus le cas. Même si le mois de novembre n’est pas la période la plus faste dans notre secteur »  note Marie Laurence de Bryas. Autre constat, le stock de biens tend à s’amenuiser, « même si un léger rééquilibrage s’est fait début septembre car beaucoup d’acquéreurs, dans l’obligation de vendre en raison de divorce, de succession de mutation, avaient reporté leur projet depuis mars » relève Didier Bertrand. Mais avec ce nouveau confinement, l’attentisme de la part des propriétaires est de nouveau de mise. Ce qui n’est pas forcément un bon calcul, « certains acquéreurs sont prêts à passer à l’acte rapidement » soutient Marie Laurence de Bryas. 
 
Une digitalisation accélérée
 
Reste une nécessaire adaptation à la distanciation sociale. « La plupart des agences avaient déjà entrepris de se digitaliser, mais ce qui était de l’ordre de l’accessoire est devenu un outil de travail précieux. La vente à distance, prend des formes variées - virtuelle, immersive, par vidéos- qui correspondent à tous les publics » appuie Didier Bertrand. « Cela va changer durablement le métier, tous les acteurs se modernisent, on voit la différence depuis la crise sanitaire de mars. De notre côté, nous avons mis en place la signature électronique, investi dans des appareils photos perfectionnés ». Reste que pour concrétiser l’achat, la visite physique reste irremplaçable. Quant à l’avenir du secteur, s’il reste incertain, « le logement reste le premier poste de dépenses des Français et la pierre apparait plus que jamais comme une valeur refuge » rassure Didier Bertrand.


Rédigé par Fabienne Berthet, le Vendredi 6 Novembre 2020 | Lu 457 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >

Mercredi 15 Septembre 2021 - 16:01 Uniqlo investit le centre ville marseillais






Businews Mag

Businews N°202 - Juillet Aout 2021


businews_201_bd.pdf Businews 201 BD.pdf  (18.28 Mo)


Facebook

Derniers tweets

Les plus lus

Inscription à la newsletter