Menu

L’UPE 13 et Pôle emploi s’unissent pour faciliter les recrutements


           

Sur l’esplanade du Mucem à Marseille, à l’occasion de l’organisation d’une « Place de l’Emploi », l’UPE 13 et Pôle emploi ont signé une convention de partenariat destinée à lever les obstacles à l’embauche, en particulier sur les métiers en tension, et à encourager l’entrepreneuriat.


Fabrice Blisson (UPE 13, commission jeunes entrepreneurs), Caroline Bruynoghe (Cercle avenir UPE 13, DR AG2R La Mondiale), Pascal Blain (DR Pôle emploi), Philippe Korcia (Pst UPE 13), Jean-Charles Blanc (Dir. territorial Pôle emploi), Bruno Pavie (Club DRH UPE 13, DRH NGE) - Photo JC Barla
Fabrice Blisson (UPE 13, commission jeunes entrepreneurs), Caroline Bruynoghe (Cercle avenir UPE 13, DR AG2R La Mondiale), Pascal Blain (DR Pôle emploi), Philippe Korcia (Pst UPE 13), Jean-Charles Blanc (Dir. territorial Pôle emploi), Bruno Pavie (Club DRH UPE 13, DRH NGE) - Photo JC Barla
Comment permettre aux entreprises de recruter plus facilement en cette période de reprise économique ? Pôle emploi et l’UPE 13 ont décidé de rassembler leurs forces, trop de sociétés soulignant que le manque de compétences disponibles demeure un frein au rebond de leur activité. Les deux structures ont signé le 26 octobre un accord de coopération en s’engageant sur quatre axes, comme l’a détaillé Philippe Korcia, président de l’UPE 13 : développer des actions en faveur du recrutement sur des métiers en tension, faciliter la formation et l’accès à des filières porteuses, promouvoir auprès des employeurs les dispositifs d’aide à l’embauche et enfin, développer la création et la reprise d’entreprise. « L’UPE 13 tire sa force d’un réseau de 15 000 entreprises, nous allons leur expliquer que Pôle emploi et ses conseillers peuvent apporter des solutions pour résoudre leurs problématiques de recrutement. Nous devons réussir à attirer des jeunes sur des métiers comme l’hôtellerie-restauration qui ont perdu de la main d’œuvre. Nous savons que dans certaines professions, la rémunération doit être plus importante pour les convaincre, qu’il faudra des aides du gouvernement sur les charges des entreprises pour accélérer leur insertion professionnelle… Mais nous avons vraiment envie de construire des actions ensemble avec Pôle emploi ». Pour Pascal Blain, directeur régional de Pôle emploi Provence-Alpes-Côte d’Azur, la crise a bouleversé pas mal de données qui impactent le marché de l’emploi. « L’économie repart en flèche alors que des personnes ont profité de la crise pour se poser des questions sur leur situation professionnelle et qu’un problème d’adéquation des compétences entre l’offre et la demande persiste… Depuis une quinzaine d’années, nos enquêtes sur les besoins de main d’œuvre attestent que 40 à 50% des recrutements restent difficiles. De plus, les attentes changent du côté des demandeurs d’emploi et les dirigeants d’entreprises n’ont parfois pas toutes les clés pour les comprendre. Nous disposons de tous les outils pour les éclairer, trouver les aides qui peuvent leur convenir et alimenter la croissance économique ».

Au contact des réalités

La « Place de l’emploi » organisée sur l’esplanade du Mucem a accueilli tout l’après-midi du 26 octobre quelques centaines de personnes, des inscrits à Pôle emploi, d’autres aussi, hors des circuits des services de l’emploi ou de la formation ou suivis par des partenaires. Plusieurs structures d’accompagnement étaient présentes pour aider à rédiger CV ou lettre de motivation, se préparer à un entretien d’embauche, valoriser son image, découvrir des métiers à travers un casque de réalité virtuelle, cerner les cursus nécessaires pour y accéder… En 2021, 48 événements similaires ont été mis sur pied sur toute la Région pour favoriser le retour à l’emploi. « Le partenariat avec l’UPE 13 va nous permettre d’aller au plus près des recruteurs, de développer des immersions en entreprise, des formations sur le lieu de travail… Même sans bac, il existe des solutions d’insertion » indique Aude Fredenucci, directrice territoriale déléguée de Pôle emploi. Pour Bruno Pavie, DRH de NGE et président du club DRH de l’UPE 13, « les employeurs ne peuvent plus se contenter d’attendre que les candidats viennent à eux, en particulier dans les filières qui ont besoin de restaurer leur attractivité. Il faut aller chercher ces compétences et savoir rebondir sur les qualités que montre un individu parce qu’il peut correspondre au profil recherché ». Président de la commission Jeunes Entrepreneurs de l’UPE 13, Fabrice Blisson insiste pour sa part sur l’entrepreneuriat comme voie de retour à l’emploi, en mettant en place des dispositifs appropriés de soutien aux porteurs de projets, comme « Make the Choice » a réussi à le faire. « Nous allons expliquer dans les écoles, dès les classes de 4e, que la création d’entreprise est une possibilité pour s’épanouir. Ils doivent croire en eux au plus tôt ! ».  


Rédigé par Jean-Christophe Barla, le Mardi 26 Octobre 2021 | Lu 1148 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >

Vendredi 26 Novembre 2021 - 11:23 La Métropole lance un fonds d’aide au cinéma

Vendredi 26 Novembre 2021 - 11:16 Transition écologique : une démarche inévitable !






Businews Mag

Businews N°203 - Septembre Octobre 2021




Facebook

Derniers tweets

Les plus lus

Inscription à la newsletter