Menu

La CFE CGC veut restaurer la confiance


           

Daniel Petrucci, président de la CFE-CGC Provence-Alpes-Côte d’Azur et François Hommeril président de la CFE-CGC ont détaillé les propositions du syndicat pour restaurer la confiance sur l’ensemble des champs sociaux-économiques, tant au plan régional que national lors d’une rencontre qui a eu lieu à Marseille, le 6 octobre dernier.


La CFE CGC présente à Marseille, le 6 octobre dernier
La CFE CGC présente à Marseille, le 6 octobre dernier
« Organisation syndicale, il est important pour nous d’échanger et d’avoir des interactions avec nos adhérents et militants. C’est pourquoi nous avons choisi d’aller faire un tour des régions » évoque François Hommeril, président de la CFE-CGC. L’audience nationale du syndicat de l'encadrement, est de 11,92 % en hausse de 2,4 %  ce qui représente 150 000 adhérents au niveau national et 20 000 adhérents au niveau régional. Il possède un fort impact auprès des secteurs de la métallurgie et de la banque assurance. « Même si ces deux secteurs n’impactent pas le même nombre de salariés, 1,4 million pour la métallurgie et 400 000 pour la banque assurance, et n’affichent pas le même CA. Au niveau régional, la police et la ville de Marseille sont également bien présentes » note Daniel Petrucci, représentant régional qui rappelle que les élections au sein des salariés de la fonction publique auront lieu le 8 décembre prochain. Concernant l’implantation industrielle, il s’agit de reconstruire un territoire. « C’est le cas à Gardanne en raison des ressources de bauxite et de soude. La notion de tradition de transmission et de passage est essentielle dans les pôles remarquables de la région de l’étang de Berre. Pour développer l’économie, il faut créer des pôles d’excellence avec des politiques publiques ambitieuses » reprend François Hommeril. En termes de priorités, les sujets de l’inflation et du pouvoir d’achat, arrivent en tête des préoccupations syndicales. « Une étude de la DARES met en avant que les cadres ont perdu, en 1 an, 3 % de leur pouvoir d’achat, contrairement aux autres catégories socio professionnelles impactées à hauteur de 2,5%. On nous annonce une inflation autour de 7 % l’année prochaine et qui va durer. Nous demandons des mesures pérennes en matière d’augmentation de salaires pour tous les salariés et notamment le personnel d’encadrement. La CFE CGC veut revaloriser la compétence et défendre la hiérarchie des salaires » détaille le représentant national. Et de tabler sur la restauration de la confiance qui ne peut s’imposer que dans un contexte de volonté partagée entre les pouvoirs publics, les corps intermédiaires et les acteurs économiques qui composent le paysage socio économique. « Les jeunes sont prêts à s’investir mais ils sont animés par la crainte de moins bien vivre que leurs parents. Tous les efforts sont aspirés autour de la sphère financière et autour de grandes entreprises du CAC 40 ce qui met sous pression la plus petite entreprise. En Paca, beaucoup d’entreprises vont se retrouver confrontées à ces problématiques. On essaie de retracer un chemin, pour être un acteur sur le terrain. Et la CFE CGE compte bien interpeller le gouvernement sur le sujet et notamment sur celui des retraites. On représente des cadres, des techniciens, agents de maitrise. Nous affirmons aujourd’hui que cette réforme n’est pas nécessaire » martèle François Hommeril en préambule de sa rencontre avec les militants régionaux.


Rédigé par Fabienne Berthet, le Vendredi 7 Octobre 2022 | Lu 920 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >

Mardi 15 Novembre 2022 - 15:45 Repenser la ville autrement !


En direct

Pure Ocean, 5 ans au service de l’océan

22/11/2022 - Fabienne Berthet

Aix carbure au biogaz

10/11/2022 - Jacques Poulain




À la une ce mois-ci

Businews N°205 - Janvier Février 2022




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter