Menu

La Ciotat - L'appel à projet pour la nef Transit fait chou blanc


           

L’appel à projets lancé par La Ciotat Shipyards pour la réhabilitation et l'exploitation la nef « Transit » des chantiers navals s’est révélé infructueux.


LCS espérait trouver un investisseur pour requalifier l'ancienne nef Transit des chantiers navals de La Ciotat © DR
LCS espérait trouver un investisseur pour requalifier l'ancienne nef Transit des chantiers navals de La Ciotat © DR
LA CIOTAT. L’appel à projet lancé par La Ciotat Shipyards pour la réhabilitation et l'exploitation de la nef « Transit » située au sein des chantiers navals de La Ciotat s’est révélé infructueux. La consultation lancée fin 2019 par la société publique locale (Spl) visait à désigner un opérateur à même de restaurer et de gérer sur une longue durée (35 ans) cet ancienne halle de brique à charpente métallique qui marque l’entrée du site industriel. LCS espérait dégoter un investisseur à même de prolonger la dynamique engagée avec le futur village d’entreprises LCS Yachting Village en revitalisant cet ouvrage des années 40 aux dimensions XXL (1.800 m2 d’emprise au sol pour 22 m de haut). La concession dont le montant avait été fixé à 25 millions d’euros HT visait à créer des ateliers industriels en rez-de-chaussée (1.300 m2) et des locaux d’activités (2.500 m2) en lien avec l’activité de réparation navale des mégas yachts. L’opérateur avait également la possibilité de développer des commerces et/ou des bureaux sans lien direct avec l'activité des chantiers navals et disposant d'un accès distinct pour une surface maximale de 2.000 m2.
Enfin, le concessionnaire était tenu de remettre à la disposition de LCS Yachting Village une surface de 1.300 m2 environ moyennant un loyer maximum de 130 euros/m2/an pendant les 20 premières années puis gracieusement à compter de la 21ème année et jusqu'au terme du contrat.


Rédigé par Jacques Poulain, le Jeudi 10 Septembre 2020 | Lu 540 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >

Mercredi 23 Septembre 2020 - 17:03 Geoffroy Roux de Bézieux sur le terrain de l’UPV