Menu

La Société du Canal de Provence met de l’eau au moulin des investissements


           

250 millions d’euros en investissements, 150 millions d’euros en entretien des réseaux : la Société du Canal de Provence (SCP) a présenté le 28 avril un projet d’entreprise ambitieux pour 2027, fourni en retombées potentielles pour le territoire…


Fabienne Joly, présidente de la SCP, et Jean-Luc Ivaldi, directeur, ont un "Eau'rizon 2027" prometteur (Photo JC Barla)
Fabienne Joly, présidente de la SCP, et Jean-Luc Ivaldi, directeur, ont un "Eau'rizon 2027" prometteur (Photo JC Barla)
La feuille de route est désormais tracée jusqu’en 2027 pour la Société du Canal de Provence (SCP). Baptisée « Eau’rizon 2027 », elle s’articule autour d’une double volonté : investir 250 millions d’euros dans l’expansion du réseau, deux fois plus que sur le plan précédent (2016-2021), et engager 30 millions d’euros par an en travaux de rénovation des réseaux existants, soit 150 millions d’euros entre 2023 et 2027. Fabienne Joly, la présidente, et Jean-Luc Ivaldi, le directeur général, ont exposé le 28 avril au sein du siège du Tholonet les motivations de cet effort financier accru. Il vise à sécuriser l’alimentation en eau du territoire, dans le cadre de la concession de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, et garantir la pérennité des différents usages agricoles, industriels, particuliers… « Depuis plus de 60 ans, la SCP s’est employée à toujours être la plus exemplaire possible dans toutes ses activités » explique Jean-Luc Ivaldi. Au fil de son histoire, son périmètre s’est étendu et elle continue de s’adapter, que ce soit dans les énergies renouvelables, les technologies digitales ou l’international. « Ce nouveau projet d’entreprise est discuté depuis longtemps, il est structuré pour répondre aux défis du changement climatique en affirmant notre mission d’entreprise responsable reconnue, innovante et performante » ajoute Fabienne Joly. En 2021, la SCP a réalisé 114 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Conjuguer expansion et acceptabilité

L’adaptation aux bouleversements du climat et la réduction de l’empreinte carbone s’imposent comme un objectif transversal de chacune des décisions qui découleront de ce plan quinquennal, depuis la conception des nouveaux ouvrages jusqu’à leur maintenance, en passant par les relations aux usagers, l’organisation de l’entreprise ou l’innovation. Dans les cinq prochaines années, 6 000 hectares devraient être équipés en infrastructures d’irrigation, notamment dans le Var. « Nous allons nouer des conventions de partenariat avec les collectivités pour définir les besoins et priorités et conduire le développement des projets avec une plus grande acceptabilité » souligne Benoit Moreau, directeur du développement. Le patrimoine va s’enrichir de plusieurs installations photovoltaïques, avec l’équipement du Vallon Dol, espéré pour l’année prochaine, le déploiement d’ombrières de canal pour 13 MW (le potentiel est estimé à 40 MW) et des expérimentations d’agrivoltaïsme, à travers la filiale Agriteos à laquelle est associée la start-up aixoise Ombrea. L’objectif est de produire plus d’énergie que la SCP n’en consomme chaque année (40 GWh). En 2027, la production annuelle devrait atteindre 65 GWh. La valorisation du potentiel énergétique de l’hydroélectricité fait également partie des intentions…

Supervision connectée et sécurisée

Dans l’exploitation, le numérique devient de plus en plus stratégique, tant pour mesurer les usages, à travers les compteurs connectés (3 000 sont installés sur un total de 66 000) que pour superviser au plus juste l’évolution de la ressource, dans un souci de « gestion économe de l’eau », comme l’indique Franck Sanfilippo, directeur du service de l’eau. « La totalité du programme de déploiement des compteurs connectés devrait durer dix ans. Ils permettront de proposer de nouveaux services, mais les données recueillies ne sortiront pas de la SCP ». Les modernisations prévues sur les réseaux intègreront la pose de capteurs pour améliorer le suivi. Cette mutation technologique a amené la société à recruter un expert dédié en cybersécurité.

Exporter l’ingénierie à sa mesure

Enfin, la SCP veut diffuser sa capacité d’ingénierie au-delà de son territoire de prédilection, plus largement sur le Sud-Est (Rhône-Alpes, Corse…). A l’international, elle se concentrera sur ses pays-cibles (Tunisie, Sénégal, Cameroun, Sri Lanka, Vietnam, Laos…). « Nous avons une approche dynamique à partir de chaque agence, mais nous ne pouvons pas partir à la conquête du monde » rappelle Bruno Grawitz, directeur de l’ingénierie et des Services. La conquête d'une affaire en Ukraine, de sécurisation en eau, fin 2021, et désormais suspendue, justifie cette prudence...  


Rédigé par Jean-Christophe Barla, le Vendredi 29 Avril 2022 | Lu 307 fois









À la une ce mois-ci

Businews N°205 - Janvier Février 2022




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter