Menu

Quand la « Marseille Rhum Connexion » monte à Paris…


           

Quatre dirigeants marseillais qui veulent redonner vie au savoir-faire local en matière de rhum se sont réunis pour mutualiser moyens et compétences. Première opération : un stand commun à Paris sur le salon spécialisé « Rhum Fest », qui se déroule du 2 au 4 avril.


De g à dr :  Rémi Anglès, Nathalie Binachon, Maristella Vasserot et Hugo Randazzo©MOH
De g à dr : Rémi Anglès, Nathalie Binachon, Maristella Vasserot et Hugo Randazzo©MOH
Ils sont quatre chefs d’entreprise, - Rémi Anglès, du Comptoir Marseillais des Rhums, Guillaume Ferroni, de la maison Ferroni (Château des Creissauds), Hugo Randazzo, des Rhums du Sud et Maristella Vasserot, de Cristal Limiñana, - qui, bien que concurrents, ont décidé de monter ensemble un même projet. De quoi s’agit-il ? Réponse de Nathalie Binachon, DG de la Maison Ferroni (17 personnes, CA : 1,5 M€) : « Pendant le confinement, nous avons eu l’idée de nous regrouper pour échanger, et promouvoir ensemble notre activité.  Il faut savoir qu’à la fin du XIXe siècle-première grosse moitié du XXe, Marseille était une véritable place d’accueil des tonneaux de rhum qui arrivaient, par bateau, des Antilles pour vieillir dans des fûts français et être distribués dans toute l’Europe ».  
Alors que le marché du rhum connait une croissance annuelle de + 9,6% en France (CA : 440 M€), la petite équipe a signé une charte avec des « valeurs de loyauté, respect de l’histoire et des processus de vieillissement » autour d’un produit auquel elle veut redonner ses lettres de noblesse. « Nous mutualisons nos réseaux de fournisseurs et de clients, nous allons ensemble sur les grands salons et à l’export, tout en gardant chacun notre identité propre », précise Maristella Vasserot, représentante de la 4e génération chez Cristal Limiñana (10 salariés, CA : 2 M€) qui exporte en Espagne, Italie, Algérie et Allemagne. 
Quant à Rémi Anglès dont la famille produisait autrefois du rhum en Martinique, il a relancé le rhum Manikou en 2017. Tout comme Hugo Randazzo, également héritier d’une tradition familiale (La Réunion) de rhum arrangé, qui a créé une gamme spécifique. Très engagés dans cette démarche collective, ils soulignent : « Il existe une vraie différenciation lorsqu’on vient de Marseille, nous voulons en profiter pour nous imposer ensemble à Paris sur un stand commun, c’est une première »
 


Rédigé par Marie-Odile Helme, le Vendredi 25 Mars 2022 | Lu 393 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >

En direct




À la une ce mois-ci

Businews N°205 - Janvier Février 2022




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter