Menu

Trois questions à… Virginie Le Pan d’Epenoux, "boosteuse" de Bouge ta Boîte

Grow’Up

           

Créé juste avant le début de la pandémie, le cercle de Marseille Bouge ta Boîte est une déclinaison du réseau national dédié à 100% à l’entrepreneuriat féminin.


Le cercle de Marseille Bouge ta Boite en septembre 2020.Photo©DR
Le cercle de Marseille Bouge ta Boite en septembre 2020.Photo©DR
- Pouvez-vous nous expliquer l’origine et l’objectif de ce réseau qui permet à ses adhérentes, les Bougeuses, de monter en visibilité, compétences et leadership ?
 
 Né il y a quatre ans à l’initiative de Marie Eloy qui présidait le réseau Femmes de Bretagne et souhaitait aider encore plus les entrepreneures, Bouge ta Boîte s’est bien répandu en France (1700 dirigeantes dans près de 100 villes).  Alors qu’environ 80% des entrepreneures disent ne pas gagner leur vie avec leur métier, il s’agit de les fédérer pour qu’elles développent leur chiffre d’affaires et leur leadership sur le territoire. Il existe plusieurs cercles par département et par ville en sachant qu’un cercle accepte une seule personne par profession et ne va pas au-delà d’une vingtaine d’adhérentes. Pour sa part, le Cercle de Marseille a été créé en octobre 2019 et comprend 15 "bougeuses" (créatrice d’une marque de cachemire, conseillère d’orientation, coach, décoratrice, graphiste, photographe, consultante en bien-être, agent immobilier, avocate, etc.).  Dans la région, il existe aussi deux entités à Aix-en-Provence, une à Martigues, La Ciotat, Salon-de-Provence, Avignon, Toulon, Nice et Sophia-Antipolis. Chaque cercle élit à l’unanimité une  "boosteuse" qui en est l’animatrice pendant six mois. 
 
- Comment fonctionnez-vous concrètement ?
 
Tous les 15 jours, nous organisons des BougeUP d’une durée d’1h30. Très structurées, ces réunions permettent à nos adhérentes, chacune à leur tour, de se présenter, partager, échanger et bénéficier de conseils et contacts émanant du collectif. Suit un brainstorming autour de la problématique d’une "bougeuse", etc. Chaque mois, nous avons aussi des rencontres en "duos" pour mieux nous connaître, y compris au-delà de la vie professionnelle, et tous les trimestres des "ateliers éclairants" où l’une d’entre nous apporte sa compétence spécifique aux autres. Egalement, mise à disposition d’une page web pro pour la visibilité de l’entreprise de chacune et d’un réseau social interne. 
 
- Le cercle de Marseille a été fondé juste avant la pandémie. Qu’est-ce que cela a pu modifier ?
 
Dans cette période si difficile, nous avons été là les unes pour les autres. En avril dernier, 86% de nos entrepreneures déclaraient que le réseau était essentiel dans le développement de leurs activités. Nos valeurs reposent sur l’entente, le respect et la bienveillance. On est dans la sororité ! Depuis plus de six mois, nos BougeUP se font uniquement en visio, mais nous gardons notre rythme car nous en avons besoin. Et cela fonctionne bien… Un deuxième cercle est en train de se créer à Marseille. Du coup, le premier va devenir cercle de la Joliette, et celui qui va démarrer... cercle de Castellane. 



Rédigé par Marie-Odile Helme, le Mardi 23 Mars 2021 | Lu 398 fois