Menu

Un projet emblématique pour la Plateforme à l’horizon 2026


           

Avec 350 étudiants accueillis en septembre prochain, cette école du numérique gratuite, inclusive et basée sur l’alternance en entreprise est en passe de réussir son pari. Souhaitant devenir la première école de ce type en France, La Plateforme va lancer la création d’un campus urbain qui formera 3000 élèves par an.


Cyril Zimmermann présentant le projet La Plateforme©Luc Van Der Meijden
Cyril Zimmermann présentant le projet La Plateforme©Luc Van Der Meijden
« Faire de Marseille la capitale du numérique »… Telle est l’ambition de Cyril Zimmermann, fondateur avec le Club Top 20 de La Plateforme en 2019 à Marseille. Depuis l’ouverture de cette école du web qui n’existait pas (exception faite pour Paris), 200 élèves ont déjà suivi les différentes formations en web coding, cyber security, intelligence artificielle et executive education. Ici pas besoin de diplôme, mais d’un maximum de motivation ! C’est d’ailleurs sur le constat que trop de jeunes quittent le parcours traditionnel sans diplôme, et que les demandes de postes qualifiés sur le numérique ne sont pas pourvus… que cette école pas comme les autres a pu voir le jour. « On ne pouvait pas laisser les choses comme ça, d’autant qu’à Marseille le taux de chômage est important. Alors que l’on a ici les câbles sous-marins, la fibre, etc. On a besoin de ressources humaines », insiste-t-il. Avec une première promotion qui voit 30% des jeunes persévérer dans la formation, chaque année étant certifiante (30% n’ont pas le bac), tous les espoirs sont permis. A tel point qu’un projet ambitieux de développement est désormais sur les rails : 3 000 élèves à former par an à l’horizon 2026. Pour les accueillir, la Plateforme va lancer la réalisation d’un campus urbain (25 000 m2) situés sur une parcelle de 11 000md’Euroméditerranée 2. « Nous allons créer un village du numérique mais aussi de la culture et de l’entreprise au sein d’un tiers-lieu qui comprendra l’école, une résidence étudiante, des infrastructures d’incubation des projets innovants, des équipements culturels, des espaces pour les entreprises, etc .», détaille Cyril Zimmermann.

Créer le campus méditerranéen du numérique

L’investissement financier de 55 M€ se fera par une levée de fonds réalisée auprès de grandes entreprises du Club Top 20 (NGE, Synchrone, Foselev, Marbour, Marfret et bien d’autres) avec l’appui de la Banque des Territoires et une ligne de dette pour laquelle le Crédit Agricole Alpes-Provence sera chef de file du pool bancaire, sans oublier les investisseurs institutionnels. Soutenue lors de son lancement par l’Etat, « la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Département des Bouches-du-Rhône et la Métropole Aix-Marseille qui ont beaucoup aidé » comme l’a souligné Bruno Cagnol, président du Club Top 20, La Plateforme se positionne en véritable projet de territoire. Commentaires de Philippe Korcia, président de l’Upe 13 : « Quand toutes les énergies en place travaillent ensemble, on peut créer un lieu emblématique pour le territoire national. Grâce à ce projet, nous pourrons faire venir de nouvelles entreprises internationales ici. Nous sommes dans un cercle vertueux ».  Quant à Jean-Luc Chauvin, président de la CCIAMP, conscient que les territoires attractifs proposent des offres innovantes, attractives, au plus près des besoins des entreprises, il précise « qu’en 2030, 30% des métiers de nos entreprises n’existant pas aujourd’hui, il faut des lieux de formation. On devrait être cinquième métropole mondiale pour les câbles. Il faut en faire une filière d’excellence, on a donc besoin d’écoles pour répondre à ce défi majeur ».  
A noter qu’Amazon, déjà engagé dans son programme Amazon Future Engineer pour favoriser l‘égalité des chances dans l’accès aux métiers du numérique, accompagnera le développement de ce projet d’envergure en finançant le coût des formations à hauteur de 400 000 € sur deux ans. Pour Frédéric Duval, directeur général d’Amazon France : «  Donner la possibilité à chaque élève de redémarrer une activité, d’être formé de façon pragmatique, c’est exceptionnel. Et c’est un avantage pour Marseille ».

 


Rédigé par Marie-Odile Helme, le Mercredi 16 Juin 2021 | Lu 381 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >

Vendredi 30 Juillet 2021 - 10:30 Six hôtels Accor exposent les REvéLATIONS






Businews Mag

Businews N°202 - Juillet Aout 2021


businews_201_bd.pdf Businews 201 BD.pdf  (18.28 Mo)


Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter