Menu

​Les beaux jours de l'exportation collaborative


           

S’il existe pléthore d’ouvrages sur l’international, aucun n’avait exploré jusque-là les bienfaits de l’exportation collaborative. Anne Martel-Reison, fondatrice et dirigeante du cabinet EOC International à Marseille et Jean Christophe Gessler, enseignant chercheur en commerce international, viennent de publier un ouvrage « L’exportation collaborative, se regrouper pour exporter ».


Anne Martel-Reison, fondatrice et dirigeante du cabinet EOC International qui vient de fêter ses 20 ans cette année. Elle est vice-présidente de la Fédération des Opérateurs spécialisés du Commerce International, conseillère du commerce extérieur de la France et membre du bureau de la commission France et du bureau de la région Provence Alpes Côte d’Azur. ©DR
Anne Martel-Reison, fondatrice et dirigeante du cabinet EOC International qui vient de fêter ses 20 ans cette année. Elle est vice-présidente de la Fédération des Opérateurs spécialisés du Commerce International, conseillère du commerce extérieur de la France et membre du bureau de la commission France et du bureau de la région Provence Alpes Côte d’Azur. ©DR
Attaquer les marchés étrangers n’est pas une mince affaire aussi bien pour les grands groupes que pour les Pme, à fortiori dans un contexte international bouleversé par la crise sanitaire. 
« Il faut être créatif pour attaquer les marchés à l’export. L’export collaboratif permet à des entreprises de réfléchir ensemble à une stratégie, de développer une offre commune pour aborder un marché. La volonté du chef d’entreprise constitue un critère fondamental pour déployer cette approche structurante sur du long terme et vertueuse pour les entreprises », souligne Anne Martel-Reison à la tête d’EOC International, vice-présidente de l’OSCI (Fédération des Opérateurs spécialisés du Commerce International), conseillère du commerce extérieur de la France.
Co-auteure de l’ouvrage « L’exportation collaborative, se regrouper pour exporter » aux côtés de Jean-Christophe Gessler, maître de conférences à l’IAE de Poitiers, spécialiste de l’internationalisation en réseau, elle cite l’exemple de la percée de 13 vignerons provençaux sur le marché brésilien en 2005. Un groupement qui a duré une dizaine d’années avec de belles success stories à la clé. Jean-Jacques Breban, négociant en vins à Brignoles, vigneron au Château L’Arnaude à Lorgues, occupe désormais une position de leader au Brésil. « Les producteurs de rosé de Provence ont ouvert la voie en véritable pionniers », souligne-t-elle. 

Décollage collectif pour New York

Anne Martel-Reison et Jean Christophe Gessler. ©DR
Anne Martel-Reison et Jean Christophe Gessler. ©DR
Dans un mois, elle s’envolera pour New York aux côtés de quatre entreprises (Oliviers & Co., Les épicuriens, Terre Exotique, Martin Pouret) pour exposer sur le salon agroalimentaire Fancy Food Show sous une bannière commune Drizzle & Spread.  « Nous travaillons ensemble depuis septembre 2021. Certains avaient déjà engagé des actions individuelles qui n’avaient rien donné. A plusieurs, nous avons davantage de moyens et nous prospectons les supermarchés haut de gamme et travaillons ensemble les problématiques telles que la logistique », détaille Anne Martel-Reison.  
Le collectif « Follement France » associe cinq entreprises du secteur agroalimentaire (Aoste, Carambar and Co, Favrichon et Goulibeur) pour aborder le marché de détail chinois. En agissant ensemble et en mutualisant leurs moyens, les offres deviennent plus visibles, les projets plus ambitieux avec la possibilité de conquérir d’autres marchés et les entreprises s'ancrent à l'international de manière plus pérenne.
Ce livre met en lumière les bénéfices potentiels de l’exportation collaborative et explique de manière concrète leurs modalités de mise en œuvre, tout en partageant les facteurs de réussite au travers de nombreux cas d’exportateurs de bien de consommation, d’équipement et de services. « Qu’il s’agisse de marchés industriels ou de marchés de grande consommation, l’approche internationale en réseau s’adapte à tous les secteurs et ne se limite pas qu’à un seul marché ni à un certain type de produits ou de secteurs d’activités », souligne Anne Martel-Reison. A noter également qu’il s’agit du premier ouvrage des Cahiers de l’international édité par la Fabrique de l’Exportation. 


Rédigé par Nathalie Bureau du Colombier, le Lundi 16 Mai 2022 | Lu 280 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >





À la une ce mois-ci

Businews N°205 - Janvier Février 2022




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter