Menu

​Le barreau de Marseille plaide pour la refondation des relations avec les juges



Temps fort pour les avocats, la rentrée solennelle du barreau de Marseille qui s’est tenue le 24 juin dernier après des retrouvailles avortées par le Covid en 2021. Un retour symbolique au palais Monthyon, après vingt ans d’absence et qui marque l’attachement des hommes en toge pour ce bâtiment central au cœur de la Cité phocéenne. Une rentrée sous le signe de la passation de pouvoir entre bâtonniers et de la volonté de refonder de nouvelles relations avec la justice.

           

Retour au Palais Monthyon pour la rentrée solennelle du barreau de Marseille. ©NBC
Retour au Palais Monthyon pour la rentrée solennelle du barreau de Marseille. ©NBC
« Que s’est-il passé ? », questionne le bâtonnier de Marseille, Jean-Raphaël Fernandez, du haut de son pupitre, face à ses pairs réunis, ce 24 juin au Palais de justice, dans la salle du juge Michel lors de l’audience solennelle de rentrée. En cause ? Les relations tempétueuses entre les avocats et les juges. Une unité judiciaire fissurée, ébranlée par des conditions de travail des deux côtés de la barre qui ne cessent de se dégrader. Le président du tribunal judiciaire, Olivier Leurent, invoque « la disparition des lieux de convivialité dans les tribunaux, l’accroissement du nombre d’avocats, neuf fois plus élevés que le nombre de magistrats, le volume des dossiers à traiter, la dématérialisation des procédures et l’accroissement de la mise en cause des magistrats ». Et de déplorer le recul des règles de courtoisie lors des audiences et la perte dans la foi du palais. 

« La Cité judiciaire, l’expression de l’humanité de Marseille »

Olivier Leurent, président du tribunal judiciaire de Marseille depuis août 2020. ©NBC
Olivier Leurent, président du tribunal judiciaire de Marseille depuis août 2020. ©NBC
Autre gros sujet qui anime le barreau Marseille depuis plusieurs années déjà, la création d’une Cité judiciaire phocéenne hors du centre-ville. Après la Place Daviel et le Palais Monthyon, la justice marseillaise, provisoirement déportée dans l’ancienne caserne du Muy (Belle de Mai) et rue Edouard de Langlade, attend d’être fixée sur son sort. « Nous devons dialoguer avec vous pour que Marseille ne soit pas la ville d’une justice délabrée, éclatée. Faisons-en sorte que la future cité judiciaire soit l’expression de l’humanité de cette ville. Retrouver l’État de droit est une urgence absolue », a martelé le juge Leurent tout en invitant les avocats à laisser de côté la discorde. 

Mathieu Jacquier succède à Jean-Raphaël Fernandez

Mathieu Jacquier succèdera à Jean-Raphaël Fernandez en janvier 2023. ©NBC
Mathieu Jacquier succèdera à Jean-Raphaël Fernandez en janvier 2023. ©NBC
Cette rentrée solennelle a rendu hommage aux avocats disparus ces deux dernières années et honoré les 50 ans de carrière de leurs pairs. « 50 ans, c’est passé comme un souffle », lance maître Martine Rubin. Gérard Daumas dira s’être amusé avec le sentiment d’avoir été utile et le bâtonnier Christian Lestournelle a remercié le barreau pour lui avoir rendu ce qu’il lui a donné durant tant d’années. Tous trois ont été honoré d’une épitoge brodée déposée sur leur toge. L’éloquence, qualité essentielle de la profession, a été magnifiée par quatre jeunes avocats lauréats du concours. Leurs discours ou plutôt leurs plaidoiries ont fait l’objet d’applaudissements nourris. Acclamée également, une avocate ukrainienne qui a fui la guerre et qui a été prise sous l’aile du barreau de Marseille. Avec son simple prénom, le bâtonnier en exercice a rappelé le temps qui passe. « Quand j’avais 20 ans, on m’appelait Raph puis Jean-Raph et désormais Jean-Raphaël. J’ai désormais l’envergure d’un avocat de 20 ans de barre ! ». Le temps file à vive allure ! En janvier, prochain au terme de deux ans de mandat, il passera le flambeau à Mathieu Jacquier, avocat en droit bancaire, élu bâtonnier au début du mois… Ce dernier prendra ses fonctions en janvier 2023.   
 

Le bâtonnier Jean-Raphaël Fernandez. ©NBC
Le bâtonnier Jean-Raphaël Fernandez. ©NBC


Rédigé par Nathalie Bureau du Colombier, le Dimanche 26 Juin 2022 | Lu 262 fois





Nathalie Bureau du Colombier


>>> Dans la même rubrique >>>
< >

Vendredi 29 Juillet 2022 - 14:52 Cyber-way, un enjeu pour le territoire !





À la une ce mois-ci

Businews N°205 - Janvier Février 2022




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter