Menu

​Le premier cloud français d’Oracle est à Marseille


           

Interxion sur un nuage… L’opérateur de data centers se félicite du choix de Marseille par le géant américain de la donnée Oracle. Pour la première fois, la Province dame le pion à Paris pour une première implantation française de ses services cloud. Le 8 novembre dernier, les équipes d’Oracle ont visité le MRS2 en service sur le port de Marseille.


Karine Picard, directrice de la division française d’Oracle avec le label « Invest in Provence » pour le choix d’Interxion Marseille. ©NBC
Karine Picard, directrice de la division française d’Oracle avec le label « Invest in Provence » pour le choix d’Interxion Marseille. ©NBC
Plusieurs milliers de mètres carrés de serveurs informatiques « rackés » dans des salles hyper sécurisées où sept contrôles physiques sont nécessaires pour pénétrer dans le saint des saints. Une administration, un hôpital, des plates-formes de contenus se croisent sans le savoir… Tous font transiter leurs données sur le port de Marseille dans des fibres optiques aussi fines qu’un cheveu.   
Au terme d’un appel d’offres de plusieurs mois, Oracle a sélectionné Interxion Digital Realty Marseille pour son premier investissement en France permettant d’offrir à ses clients tricolores d’être logés dans un cloud souverain et d’augmenter sensiblement ses capacités jusque-là basées à Francfort et Amsterdam pour le marché européen. Autre atout du positionnement phocéen, la connexion au Maghreb, Afrique, Moyen et Extrême-Orient.  

Le cloud progresse de 40% par an

Parmi les critères en faveur de Marseille, l’investissement de 15 M€ d’Interxion pour détourner le cours d’eau souterrain qui part depuis Gardanne (galerie de la mer) et permet depuis septembre de refroidir par échangeur l’air ambiant des data centers. ©NBC
Parmi les critères en faveur de Marseille, l’investissement de 15 M€ d’Interxion pour détourner le cours d’eau souterrain qui part depuis Gardanne (galerie de la mer) et permet depuis septembre de refroidir par échangeur l’air ambiant des data centers. ©NBC
Pour accompagner ce secteur qui explose littéralement à raison de 40% par an, boosté par les migrations de masse dans le cloud, Oracle investit chaque année 6 mds de dollars. « Aujourd’hui, les services cloud représentent 25% de notre chiffre d’affaires, nous sommes partis de rien il y a dix ans. Avec ce premier data center français, troisième site européen et l’ouverture cette année de nouveaux serveurs à Milan et Stockholm, nous doublons en un an seulement nos capacités cloud », a expliqué, le 8 novembre, Karine Picard, directrice de la division française d’Oracle. 
Un investissement sur le territoire salué par une remise de label par les collectivités locales, la CCI d’Aix-Marseille Provence et l’agence de développement économique Provence Promotion.  Parmi les critères en faveur de Marseille, l’investissement de 15 M€ d’Interxion pour détourner le cours d’eau souterrain qui part depuis Gardanne (galerie de la mer) et permet depuis septembre de refroidir par échangeur l’air ambiant des data centers. Autre élément déterminant, la présence également sur le MRS2 d’Interxion de la plateforme Azure de Microsoft. « Une partie de l’offre d’Oracle est connectée à celle d’Azure. Les serveurs d’Oracle et Microsoft sont appelés à s’étendre », explique Fabrice Coquio, président d’Interxion France. Les effectifs d’Oracle, estimés à une centaine de personnes dans les bureaux de PACA ne devraient grossir que de quelques collaborateurs pour assurer la maintenance des serveurs. Engagé aux côtés d’IBM dans le programme « P Tech » de Tech For Good, Oracle dit vouloir contribuer à réduire la fracture numérique et encourager la création d’entreprises. « Les start-up peuvent bénéficier gratuitement de notre cloud », ajoute Karine Picard.

Marseille, cinquième hub mondial de connectivité, bénéficiera de la mise en service, à compter d’avril 2022, des 12 fibres qui composent le câble PEACE (Pakistan, Afrique de l’Est) de 15 000 Km de long en cours de pose. 9 000 entreprises du numérique sont recensées sur Aix-Marseille Provence, générant 45 000 emplois et un chiffre d’affaires cumulé de plus de 10 mds€.   
 

Le navire câblier actuellement au large d'Oman doit poser 5000 Km du câble PEACE qui reliera Port Saïd en Egypte et Djibouti. ©NBC
Le navire câblier actuellement au large d'Oman doit poser 5000 Km du câble PEACE qui reliera Port Saïd en Egypte et Djibouti. ©NBC


Rédigé par Nathalie Bureau du Colombier, le Jeudi 11 Novembre 2021 | Lu 704 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N°203 - Septembre Octobre 2021




Facebook

Derniers tweets

Les plus lus

Inscription à la newsletter