Menu

​Pellenc ST engage 10 M€ pour digitaliser les centres de tri


           

La digitalisation s’invite dans toutes les filières y compris celles de nos déchets. Aux avant-postes de cette transformation de l’industrie du recyclage, Pellenc ST investit 10 M€ à Pertuis où se trouvent le siège social et l’usine. Trois nouveaux bâtiments seront édifiés sous trois ans pour 4 000 m2 de surfaces supplémentaires. Premier à sortir de terre dès 2022, le centre d’innovation destiné à concevoir des lignes de tri intelligentes et connectées.


Jean Henin, président de Pellenc ST. ©NBC
Jean Henin, président de Pellenc ST. ©NBC
Fabricant de machines de tri des déchets, Pellenc ST se positionne au cœur de l’économie circulaire en investissant 10 M€ dans la construction de trois bâtiments voués à l’innovation, la production, la logistique, la formation et les tests. 
« Notre vision porte sur la création du centre de tri du futur. Nous nous projetons à horizon 2025 dans le cadre d’un projet visant à augmenter la qualité de la production, la performance et les conditions de travail. Nous allons passer de 5 000 mà 9000 m2 », a annoncé le 6 juillet Jean Henin, président de Pellenc ST. 

À Pertuis, Pellenc ST va passer sous trois ans de 5 000 m2 à 9 000 m2 . ©NBC
À Pertuis, Pellenc ST va passer sous trois ans de 5 000 m2 à 9 000 m2 . ©NBC

Extension des consignes de tri et doublement du chiffre d’affaires

La construction du centre d’innovation qui s’étendra sur 1 350 m2 bénéficiera du soutien financier des pouvoirs publics à hauteur de 500 000 € (État, Ademe, Région sud, Bpifrance). « Ce sera une vitrine industrielle française qui contribue au rayonnement du territoire. Le projet global permettra la création de 74 emplois d’ici 2024 », détaille Jean Henin à la tête d’une équipe de 220 salariés dont 60 engagés dans la R&D. 

Pellenc ST qui commercialise 200 machines de tri par an, se réjouit des extensions en cours des consignes de tri dans l’Hexagone. « Cela va générer de nouveaux équipements couplés à des machines de tri supplémentaires. Cela donne lieu à énormément d’accompagnement, de tests et de déploiement. Environ près de 300 machines seront achetées dans le cadre de l’extension des consignes de tri », précise le dirigeant qui n’a jamais cessé de voyager durant la crise sanitaire. « Nous enregistrons 11% par an de croissance depuis six ans et notre objectif consiste, sur la période 2019-2025 à doubler notre chiffre d’affaires qui s’établit à 50 M€ », ajoute-t-il.

Depuis la création de l’entreprise en 2001, le fabricant a équipé 600 sites dans une vingtaine de pays. Seul regret ? Qu’à quelques encablures de l’usine, aux Pennes-Mirabeau, Suez ait fait appel à un fabricant étranger pour augmenter et moderniser le centre de tri du site de Jas de Rhodes…  
 


Rédigé par Nathalie Bureau du Colombier, le Mardi 6 Juillet 2021 | Lu 437 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >

Vendredi 2 Juillet 2021 - 17:48 Mercadier se construit un futur en béton (ciré)






Businews Mag

Businews N°202 - Juillet Aout 2021


businews_201_bd.pdf Businews 201 BD.pdf  (18.28 Mo)


Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter