Menu

Calvo Electricité connecte sa croissance au Pays d’Arles


           

L’entreprise, née en 1947, se développe fortement depuis sa reprise par Pascal Brillard. Elle a inauguré son nouveau siège le 22 avril à Tarascon avec plus d’une centaine de clients et partenaires.


Pascal Brillard a repris Calvo en 2018 (Photo JC Barla).
Pascal Brillard a repris Calvo en 2018 (Photo JC Barla).
Il y avait beaucoup d’affection et d’amitié dans l’air, sur la zone du Roubian à Tarascon, le 22 avril, pour l’inauguration du nouveau siège de Calvo Electricité. Pascal Brillard, son jeune dirigeant, qui a repris en 2018 cette société de 75 ans, avait tenu à associer à l’événement tous ceux, famille, amis, clients, partenaires de tous ordres, qui ont accompagné son parcours et ses développements dans le secteur de l’électricité générale, installation et dépannage en chauffage/climatisation pour le tertiaire, la logistique, l’industrie, la viticulture, et la rénovation de mas de particuliers en Provence. Dessiné par le cabinet d’architectes ODA (Ostrowski Demuyter Architectes) à Nîmes et réalisé uniquement avec des entreprises locales, l’édifice de 600 m2 qui a nécessité un investissement de 600 000 euros abrite son équipe, auparavant hébergée dans des bâtiments loués au sein du quartier Barriol à Arles, devenus trop vétustes pour supporter la croissance de l’activité. Entre 2020 et 2021, dans une année pourtant compliquée pour le monde du bâtiment, Calvo Electricité a réussi à porter son chiffre d’affaires de près d’1,9 million d’euros à 2,6 millions d’euros et son effectif de 15 à 24 salariés. « Nous travaillons à 90% sur des projets qui se situent à moins de 30 km, explique Pascal Brillard. Je m’appuie sur d’autres professionnels du territoire parce qu’il est important pour les donneurs d’ordres de travailler en confiance avec leurs prestataires. Nous avons tous à y gagner. Calvo Electricité se veut un pur produit local » explique le trentenaire, en rappelant avoir fait sa scolarité à Tarascon.

Chantiers de référence

La PME est associée aux chantiers des Fondations Luma et Lee Ufan, à Arles, elle travaille sur le futur lieu arlésien de la Fondation Thalie, toujours dans la création contemporaine, intervient sur la refonte de la gestion technique de bâtiments de l’Université de Nîmes, a œuvré sur des équipements publics aux Saintes-Maries-de-la-Mer, à Beaucaire…  Elle a aussi contribué à la réfection des cuisines de l’Oustau de Baumanière et de son chef Glenn Viel aux Baux-de-Provence, un projet attaqué en janvier et achevé voici quelques jours pour l’ouverture de la saison de l'établissement. « Je prends soin de toujours faire ce que je dis et m’emploie à être un manager bienveillant pour mes collaborateurs., confie Pascal Brillard qui prend appui, pour le développement commercial, sur son frère Thierry, chargé d’affaires, et son épouse qu’il dit être « la base de tout ». « Avec ce nouveau site, je voulais leur offrir des conditions de travail optimales, tout en nous donnant la possibilité de grandir encore. L’entreprise a pas mal d’activité actuellement. Il y a beaucoup à faire sur le pays d’Arles »


Rédigé par Jean-Christophe Barla, le Lundi 25 Avril 2022 | Lu 223 fois





En direct




À la une ce mois-ci

Businews N°205 - Janvier Février 2022




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter