Menu

Digital Art Club : les entreprises s’engagent dans les arts numériques


           

Un club d’entrepreneurs issus du territoire métropolitain a fondé le Digital Art Club attaché à la Biennale des Imaginaires numériques.
Objectif ? Construire une culture collective du numérique associant adhérents, salariés et habitants de la cité.


Delta Assurances, Marsatwork, Habside, entreprises adhérentes au Digital Art Club
Delta Assurances, Marsatwork, Habside, entreprises adhérentes au Digital Art Club

Deuxième édition de la Biennale des Imaginaires Numériques, « Chroniques », dont l’un des évènements « Que voulons-nous faire pousser sur les ruines ? » est présenté entre autres, sur visites, à un public de professionnels à la Friche de la Belle de Mai à Marseille. La manifestation qui a accueilli un large public lors de l’édition de 2018, contribue à faire émerger la création contemporaine pour décrypter le monde en régime numérique. Dédiée aux arts et cultures numériques dans le Sud de la France, la Biennale a donné naissance à un club d’entreprise, le Digital Art Club qui regroupe les entreprises métropolitaines soutenant les arts numériques. L’une des ambitions consiste à élaborer collectivement une culture et un écosystème numérique inclusifs sur le territoire. « Dans une époque de transition, ces entreprises ont choisi d’appréhender ces phénomènes technologiques par le prisme de la sensibilité et de la créativité » souligne Fabien Fabre, coordinateur du club. « La transition numérique doit être porteuse de sens » affirme Alexandre Contencin, fondateur de l’agence Marsatwork et président du club qui compte également Mercure Hôtels, Totem Mobi, Delta Assurances, D Business Design, MCL Avocats, Kedge Business School, Habside, Argeste, Obra Ingénierie etc… 16 PME ou TPE installées ou émergentes, issues de secteurs divers qui donnent sa raison d’être à un club qui vise les 40 adhérents d’ici la fin de l’année. « Le contexte a renforcé les questionnements des entreprises et leur besoin d’impact. Notre ambition nous conduit à accompagner les habitants et professionnels du territoire, à construire une culture commune inclusive et durable » renchérit Alexandre Contencin. Au programme ? Des rencontres exclusives pour les adhérents et leurs salariés, une production de contenus pour les réseaux sociaux et la presse, un soutien aux actions éducatives et socioculturelles portées par les associations Seconde Nature et Zinc ainsi que la remise qu’un prix dédié. Cette année, le Crush, "Prix du monde économique pour l'art numérique en espace public",  du Digital Art Club a été remis à Guillaume Marmin, pour l’œuvre Passengers installée sur les pelouses de la fondation Vasarely, à partir du 14 janvier. Déjà soutenu par la fondation Marfret, l’artiste sera accompagné pendant 1 an, par les entreprises du Digital Art Club via du mécénat de compétences. Pour 2022, le Club réfléchit à un fonds de dotation pour dynamiser son attractivité et les levées de fonds dans le secteur des arts et culture numériques.  



Rédigé par Fabienne Berthet, le Mardi 12 Janvier 2021 | Lu 491 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N°203 - Septembre Octobre 2021




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter