Menu

Élections CPAM 13, l’U2P crie au « danger pour le paritarisme »



           

C’est une affaire qui risque de secouer, demain, l’élection du conseil d’administration de la CPAM 13. Constitué selon les principes du paritarisme, avec représentants d’employeurs et représentants d’assurés sociaux, le conseil est élu pour cinq ans. Mais côté syndicats patronaux, rien ne semble se passer comme prévu. Si l’U2P, le Medef et la CPME avaient pour habitude de se mettre d’accord quant au choix du candidat le plus opportun pour défendre les intérêts des entrepreneurs, il semblerait cette fois-ci que la CPME ait décidé de faire bande à part et aurait passé des accords avec les syndicats de salariés pour assurer la victoire de son candidat.
Patricia Blanchet, présidente de l’U2P, lance l’alerte : « Le choix du candidat était validé. Nous avions décidé en commun de présenter un candidat (ndlr : sous étiquette CPME) qui avait toutes les qualités requises et déjà l’expérience d’un mandat. Nous devions juste nous revoir pour mener les derniers échanges, or nous avons eu la surprise d’apprendre que la CPME avait, sans consulter qui que ce soit, décidé de présenter un tout autre candidat. C’est une situation qui nous est imposée et contre laquelle nous nous élevons. Pour diverses raisons, nous ne pouvons soutenir ce nouveau candidat qui nous a montré par le passé, et à de nombreuses reprises, qu’il ne respecte pas les règles ».
D’après Patricia Blanchet, la CPME aurait déjà passé des accords avec les syndicats de salariés, court-circuitant ainsi les concertations habituelles. Un accord qui, s’il est avéré, pourrait bien rebattre les cartes du paritarisme. « Les syndicats de salariés ne doivent pas rentrer dans cet accord. S’ils valident cette mascarade, ils font fi de leur propre engagement. Toute cette affaire est une histoire d’intérêts particuliers sous couvert de servir l’intérêt général. C’est un danger pour nous tous. Les instances paritaires sont fondamentales pour garantir dialogue et progrès ; il incombe à chacun de prendre ses responsabilités et de défendre cet outil fondamental ». Affaire à suivre…
 
 


Rédigé par Orianne Olive, le Mardi 3 Mai 2022 | Lu 262 fois





Orianne Olive


>>> Dans la même rubrique >>>
< >




À la une ce mois-ci

Businews N°205 - Janvier Février 2022




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter