Menu

Gardanne site pilote pour le ravitaillement des véhicules à l’hydrogène


           

Gardanne a été retenue par la Commission européenne pour accueillir une station de ravitaillement à l’hydrogène pour les poids lourds. Le projet porté par Hynamics (groupe EDF) bénéficie d’une enveloppe globale de subventions de 8,9 millions d’euros de Bruxelles et de la Banque des Territoires.


La décharge de la Malepsine site pilote pour la création d'une station de ravitaillement à l'hydrogène © DR
La décharge de la Malepsine site pilote pour la création d'une station de ravitaillement à l'hydrogène © DR
Gardanne est l’un des quatre sites retenus par la Commission européenne et la Banque des Territoires pour le déploiement de stations de production et de distribution d’hydrogène décarboné pour des mobilités lourdes (bus, poids lourds). Avec Belfort, Nantes et Nice, la cité minière servira de vitrine au projet MULTICIT'HY mis en œuvre par Hynamics, filiale d’EDF spécialisée dans l’hydrogène. 
En 2023, ces stations fonctionneront avec le procédé de l’électrolyse de l’eau. Elles seront destinées à fournir du carburant décarboné aux transports terrestres, fluviaux et maritimes.
La Caisse des dépôts, via la Banque des Territoires, contribue au financement de ce projet par une prise de participation d’un montant de 18,5 millions d’euros.
Bruxelles de son côté alloue 8,9 millions d’euros de subventions à Hynamics dans le cadre de l’appel à projet CEF – Transport – Blending facility. Cette enveloppe servira au déploiement du projet MULTICIT'HY qui vise à installer une puissance cumulée d’électrolyse de 8 MW, représentant un potentiel de production de 3 200 kg/jour. Ce programme permettra de réduire les émissions de CO2 des transports des quatre agglomérations pilotes de près de 20 000 tonnes par an au total.

1 MW pour faire carburer les poids lourds

À Gardanne, le projet baptisé H2 s’inscrit dans l’arsenal du « pacte pour la transition écologique et industrielle » paraphé fin 2020 par l’Etat et ses satellites (Ademe, GPMM), la Caisse des dépôts, les collectivités (région Sud, département des Bouches-du-Rhône, métropole Aix-Marseille-Provence, villes de Gardanne et Meyreuil) et la CCIAMP. 
Dans la cité minière, l'hydrogène sera produit par électrolyse de l'eau à partir d'électricité fournie par une centrale solaire au sol ainsi que par une unité de valorisation énergétique (UVE) de biogaz installées in situ sur l’ISDND (installation de stockage de déchets non dangereux) de la Malespine.
L’eau alimentant la station sera intégralement issue d’un bassin ERI (eaux de ruissellement interne) disponible sur le site.
Cette station exploitée par la Société d'économie mixte d'aménagement de Gardanne (Semag) aura une puissance de 1 MW pour alimenter des camions (standards, Amplirolls) mais également des bennes à ordures ménagères et des véhicules utilitaires légers opérés par différents acteurs locaux dont la métropole AMP, la ville de Gardanne, la Semag et une partie des clients et partenaires de l’ISDND.
A terme, H2 aura une capacité de production maximale de 400 kg d'H2/jour, mobilisant 25 % d'énergie renouvelable locale au départ, et 100% en rythme de croisière. Ce projet, porté par Hynamics et la Semag nécessite environ 8 millions d’euros d'investissement sur la production / distribution (y compris la création d'une centrale solaire), complété par un investissement de plusieurs millions d'euros en véhicules lourds utilisant l'hydrogène. La station labellisée Capenergies et opération d’intérêt régional (OIR) devrait mobiliser 4 emplois permanents en phase d’exploitation. Et elle permettra d’éviter l’émission de près de 1 000 tonnes de CO2 chaque année.


Rédigé par Jacques Poulain, le Mardi 30 Mars 2021 | Lu 355 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >

Dimanche 19 Septembre 2021 - 12:34 Technicoflor diffuse le parfum de l’ambition






Businews Mag

Businews N°203 - Septembre Octobre 2021




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter