Menu

L’Espace MAPP décloisonne les compétences


           

Porté par 11 industriels, l’Espace MAPP promeut l’innovation en ressources humaines. Son dispositif « Talents & Territoires » est à solliciter en cette période troublée pour les start-ups et PME en quête d’un regard expert extérieur.


Promouvoir auprès des jeunes une image attractive de l’industrie est l’un des objectifs de l’Espace MAPP. (Photo JC Barla)
Promouvoir auprès des jeunes une image attractive de l’industrie est l’un des objectifs de l’Espace MAPP. (Photo JC Barla)
Né en 2004 à l’initiative de STMicroelectronics et CMA CGM, structuré en 2010 en association de grandes entreprises régionales de dimension internationale, l’Espace MAPP se veut « un réseau ressource ». Avec « Talents et Territoires », il propose l’accompagnement de quelques heures à quelques mois, sous forme de mécénat de compétences, de start-ups ou PME sur des problématiques techniques, informatique, finance, marketing, RH… par des salariés détachés issus de ses onze sociétés membres. Les unes y trouvent un appui précieux pour rechercher des solutions, les autres enrichissent leur carrière d’une expérience différente, sans perdre leur statut. En 2019, l’initiative avait fait l’objet d’un événement à la Villa Gaby à Marseille. Crise sanitaire oblige, c’est un webinar qui présentera le dispositif le 17 décembre prochain à 9h. « Nous pouvons intervenir à la demande pour apporter notre expertise de grands groupes à des sociétés de la région. Une centaine en bénéficie chaque année », explique Yan Pataki, directeur des ressources humaines de STMicroelectronics à Rousset. « Nous avons ainsi fourni notre aide à une cinquantaine de start-ups pour sauter un cap technologique ou stratégique ». L’Espace MAPP repose sur des piliers solides outre ses deux cofondateurs, quasiment tous ancrés sur la métropole Aix Marseille Provence : Airbus, ArcelorMittal, EDF, Ineos/PetroIneos, L’Occitane, Onet, Pernod-Ricard, Haribo et Technicatome. Ses actions s’inscrivent en étroite collaboration avec les structures de soutien aux entreprises (UPE 13, IRCE…) ou à l’insertion (Pôle emploi, Apec, Ecole de la 2ème chance, PLIE…).

Interdépendance d’intérêts

Les adhérents peuvent aussi se détacher les uns chez les autres des collaborateurs désireux de confronter leurs connaissances à d’autres secteurs, d’autres organisations... et d’accélérer leur évolution professionnelle. D’autres missions de l’association concernent l’aide à la mobilité, la féminisation des recrutements dans l’industrie, l’augmentation de l’employabilité des jeunes ou l’intégration de personnes en situation de handicap ou éloignés de l’emploi… « La richesse de nos univers permet de couvrir une large palette de solutions, toujours dans cet objectif de renforcer l’attractivité du territoire » poursuit Yan Pataki pour qui la crise actuelle, avec l’essor de la digitalisation des entreprises, élargit la voie pour de nouvelles approches. MAPP a déjà pris le virage des événements virtuels, tel « Déclic ! », un e-salon de l’emploi tenu en septembre à l’intention d’alternants et stagiaires pour les aider à s’insérer professionnellement. Ces derniers ont été préparés lors de e-ateliers par les RH de chaque adhérent qui pouvaient mutuellement se recommander des candidats. « L’alternance est un enjeu-clé en Provence-Alpes-Côte d’Azur pour la détection et l’embauche de talents » rappelle Jean-Paul Romet, délégué Emploi et RSE d’EDF en Provence-Alpes-Côte d’Azur, soucieux de voir plus d’entreprises saisir sur le sujet les aides instaurées par l’Etat. La généralisation du télétravail devrait engendrer d’autres évolutions : « Nous songeons à mettre sur pied à partir de 2021 des espaces partagés de travail sur nos 11 sites, accessibles à n’importe quel salarié de nos membres qui ne peut pas télétravailler de chez lui » confie Yan Pataki. « Notre ADN est vraiment d’aider les autres, insiste Jean-Paul Romet. L’Espace MAPP peut intégrer de nouveaux membres par cooptation dès lors qu’ils ne sont pas concurrents d’un adhérent existant. Comme nous partageons beaucoup, parfois sur des sujets sans lien avec l’action de l’association, nous souhaitons que chacun puisse s’exprimer et agir à son aise. Plus on travaille en collectif, plus les uns et les autres jouent le jeu, plus, au bout du compte, le réseau et le territoire en sortent confortés ! ». 


Rédigé par Jean-Christophe Barla, le Mercredi 2 Décembre 2020 | Lu 251 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >

Jeudi 10 Décembre 2020 - 08:54 « Réponses » maintient l’industrie en actions






Businews Mag

Businews N°198 - Décembre 2020




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter