Menu

La 3ème Rencontre Cosquer s’est déroulée sur le site de Cosquer Méditerranée


           

Alors que la précédente rencontre avait eu lieu au Mucem, la reconstitution de la grotte ornée sous-marine étant en pleins travaux, l’édition 2023 a présenté, via l’équipe scientifique en charge de l’étude du site, le point sur les résultats des travaux et perspectives d’avenir. Objectif ? Préserver cette grotte unique, en grand danger du fait de l’accélération de la montée des eaux, notamment ces cinq dernières années.


Photo©MOH
Photo©MOH
Universitaires, étudiants, scientifiques, amateurs de préhistoire, d’environnement et de mer… Ils étaient environ 150 dans l’amphithéâtre Jean Courtin de Cosquer Méditerranée à écouter avec attention les connaissances actuelles sur la grotte Cosquer apportées par Cyril Montoya, responsable de l’équipe scientifique, conservateur adjoint du patrimoine au Ministère de la Culture-DRAC Occitanie et chercheur au Lampea* (CNRS). « Si le sujet de cette 3èmeédition porte sur l’art pariétal, il faut souligner que l’équipe est au début de son travail. Ses recherches ont pour but essentiel d’aider à prendre des décisions de conservation. Les priorités ? Il faut d’abord, avec l’étude de fonctionnement, bien comprendre le site et son environnement, procéder à l’évaluation des secteurs menacés, travailler sur les spéléothèmes (stalactites, stalagmites, colonnes), analyser l’altération des parois mais aussi le paysage environnant.  On doit établir une cartographie et un enregistrement détaillé avec données numériques…  Avant de proposer des mesures conservatoires et interventions auprès des autorités de tutelle », a-t-il expliqué. 
En clair, il s’agit de mettre en place au plus tôt des opérations « invasives », c’est-à-dire des fouilles archéologiques « car si on ne fait pas vite, la mer va s’en charger ». Et de préciser qu’il faut intervenir non seulement sur les parois ornées mais aussi sur les sols archéologiques quand le niveau de l’eau est au plus bas. « Pour l’équipe qui a pu effectuer six plongées en octobre 2022, sous formation et responsabilité du Drassm, rentrer dans Cosquer est une véritable aventure ».

Objectif de fréquentation ? 800 000 visiteurs au 4 juin 2023

 Axé sur l’iconographie pariétale, puis sur la gestion des données scientifiques pour l’étude de la grotte, le colloque a ensuite abordé la thématique de l’original à la réplique avec les aspects géologiques de la restitution, pour poursuivre sur les rapports de l’homme et la mer notamment des groupes paléolithiques avec le milieu marin. Commentaires de Frédéric Prades, directeur général de Cosquer Méditerranée : « Ces rencontres annuelles alternent thème du changement climatique, et thème de la préhistoire comme cette année. Elles sont l’occasion de vulgariser et valoriser les connaissances les plus récentes auprès du public ». Alors que la réplique de la Grotte Cosquer ouverte le 4 juin 2022** a atteint, à la fin de l’an dernier, « l’hypothèse haute » des prévisions de fréquentation avec 515 000 visiteurs dont 15% de touristes étrangers et 70 000 scolaires, son objectif est de 800 000 visites au 4 juin 2023 (720 000 de janvier à décembre).  A noter qu’une nouvelle offre de soirées événementielles, « clé en main », va être proposée aux entreprises.
 
*Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe-Afrique
**A l’initiative de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Réalisation : groupe Kléber Rossillon

 
 


Rédigé par Marie-Odile Helme, le Vendredi 13 Janvier 2023 | Lu 216 fois










À la une ce mois-ci

Businews N°205 - Janvier Février 2022




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter