Menu

Les Émirats arabes unis, terre d'accueil pour les entreprises provencales?

Economie

           

En visite à Marseille le 10 décembre dernier, l'ambassadrice des Émirats arabes unis en France, Hend Al Otaiba, a été reçue par l'Upe 13 et une délégation de chefs d'entreprise du territoire à l'occasion d'un petit-déjeuner de présentation. Interview.


Hend Al Otaiba, ambassadrice des Émirats arabes unis en France, et Philippe Korcia, président de l'Upe 13
Hend Al Otaiba, ambassadrice des Émirats arabes unis en France, et Philippe Korcia, président de l'Upe 13
Pourquoi les entrepreneurs d’ici devraient-ils selon vous regarder du côté des Emirats arabes unis pour faire du business ? 

Hend Al Otaiba: Les Emirats arabes unis sont une terre d’opportunité pour les entreprises françaises.
A l’occasion du 50ème anniversaire de la fondation de la Fédération [le 2 Décembre 2021], nous avons entrepris une série de réformes économiques et administratives, sans précédent dans l’histoire de notre pays, qui vise à accélérer la diversification de notre économie [nommée Projects of the 50]. Pour ne citer que quelques exemples : il est désormais possible à une entreprise étrangère d’être propriétaire à 100% d’une succursale établie hors Freezone, là où précédemment le recours à un partenaire local était nécessaire. Nous avons également simplifié notre politique de visa à l’égard des chefs d’entreprises, des entrepreneurs, des investisseurs et des universitaires.
Ces réformes viennent renforcer un climat des affaires par ailleurs déjà excellent. Ainsi les Emirats arabes unis occupe la 16ème place du classement Doing Business 2021 de la Banque mondiale sur la facilité de faire des affaires et la 1ère place au Moyen-Orient – là où la France n’occupe que la 32ème position. Les Emirats arabes unis possède ainsi de nombreux atouts pour attirer les entreprises étrangères : une stabilité politique précieuse dans la région, un cadre fiscal généreux, des infrastructures de transport et de communication modernes, une position géographique au carrefour de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique qui facilite l’accès à de nombreux marchés régionaux.  
Plus spécifiquement, Les Emirats arabes unis sont un pays francophile. Nous accueillons la plus grande communauté d’expatriés français et francophones des pays du Golfe (environ 250.000 personnes –  2,5% de la population totale) et sommes membre associé de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) depuis 2018. Plus encore, l’ouverture de l’Université Sorbonne Abu Dhabi en 2006, et du musée du Louvre Abu Dhabi en 2017, démontre l’attachement profond de notre pays à la France et à sa culture. Les émiriennes et émiriens ont conscience de l’excellence de l’industrie et des entreprises de service françaises. Près de 600 entreprises françaises sont déjà implantées aux Emirats arabes unis – un chiffre qui croît de 10% par an – et nous invitons celles qui douteraient encore à sauter le pas.


Quelles sont les filières ou les secteurs que vous recherchez le plus pour des partenariats?

Les entreprises émiriennes recherchent des partenariats dans de nombreux secteurs d’activité. Les secteurs traditionnels de notre économie : l’énergie, les transports et la logistique, les services financiers et bancaires, le tourisme et les loisirs, le commerce, les cosmétiques, demeurent très attractifs pour les entreprises françaises. Nous souhaitons également développer les secteurs de l’industrie numérique : l’Intelligence artificielle, le Big Data, la Fintech ; de la médecine et de l’industrie pharmaceutique ; ou encore le secteur de l’innovation agricole (Agritech). Ce dernier secteur est clef afin d’assurer la sécurité alimentaire de notre pays dans un monde qui fera face aux défis du changement climatique. Nous avons également noué un partenariat privilégié avec le CNES dans le cadre de notre programme spatial. Enfin, la récente commande de 80 avions Rafale et 12 hélicoptères Caracal, pour un montant de 17 milliards d’euros, montre la solidité de notre partenariat dans le domaine de la défense.
Nous savons que dans tous ces domaines, les entreprises françaises, grâce à l’excellence de leurs savoir-faire peuvent apporter une contribution significative au développement de notre pays tout en en bénéficiant en retour.
Depuis de nombreuses années, notre pays a fait le pari de la diversification économique. Aujourd’hui les hydrocarbures contribuent à environ 30% du PIB (contre plus de 70% dans les années 1990). Cette part devrait être ramenée à moins de 20% d’ici 2030. Les autres principaux secteurs d’activité sont les suivants : immobilier, finance et assurance (13% du PIB) ; commerce, hôtellerie et restauration (12%), industrie manufacturière (9%), notamment la chimie, la pétrochimie et la métallurgie ; construction et BTP (8,5%) ; transports et communications (6%).
En conclusion, la diversification avancée de notre économie, nous permet d’envisager des coopérations dans presque tous les secteurs de l’industrie et des services.  


Que retenez-vous de cet échange avec les entrepreneurs du territoire et l’Upe 13 ?

Cet échange avec les entreprises provençales est un marqueur fort de notre détermination à mettre en place une relation durable avec la France. Je suis en poste depuis Septembre 2021, et j’ai décidé de consacrer mon premier déplacement en région à Marseille car je connais le potentiel et la richesse de ce territoire.
A cette occasion, j’ai découvert une ville merveilleuse, carrefour de civilisations et de cultures, lieu privilégié d’échanges entre les peuples de la Méditerranée depuis l’Antiquité. J’en ai saisi toute la force et la singularité en visitant la Basilique de Notre-Dame de la Garde et le Mucem. Cette diversité, cette tolérance à l’égard de l’autre se retrouvent dans le caractère des habitants de Marseille et des femmes et des hommes que j’ai rencontré. Nous avons en commun ces valeurs de tolérance, de partage et de solidarité.
Aux entreprises marseillaises, je renouvelle notre engagement à les accompagner dans leur développement aux Emirats arabes unis et à approfondir toujours plus les liens privilégiés qui unissent nos peuples.
Enfin je tiens à remercier du fonds du cœur l’UPE13 et son Président Monsieur Philippe Korcia pour l’accueil chaleureux qui m’a été réservé. Cette première rencontre est la première étape d’une collaboration future que j’espère fructueuse.
 




, le Mardi 4 Janvier 2022 | Lu 1247 fois