Menu

Les futurs « Guépard » d’Airbus Helicopters vont faire bondir la filière aéronautique


           

Le 23 décembre 2021, la Direction Générale des Armées a commandé 169 hélicoptères à l’industriel de Marignane. La ministre des Armées a visité le 14 janvier les chaînes qui vont les produire. Avec une multitude de retombées pour le tissu régional et français.


Soixante personnes travaillent déjà sur la chaîne d'assemblage des H160. (photo JC Barla)
Soixante personnes travaillent déjà sur la chaîne d'assemblage des H160. (photo JC Barla)
L’armée de Terre en aura 80, la Marine Nationale 49 et l’Armée de l’Air et de l’Espace 40. Soit 169 H160M, hélicoptères interarmées légers (HIL), promis par la Direction Générale des Armées (DGA) au développement et à la production sur les chaînes de fabrication et d’assemblage d’Airbus Helicopters à Marignane. Ces « Guépard » partageront le même nom, une plateforme identique, inspirée de l’appareil civil H160, mais chacun sera doté d’équipements différents, en fonction des besoins des différentes forces, et pourra embarquer divers types de systèmes de communication, de surveillance et d’armement. Le 11 janvier, la ministre des Armées, Florence Parly, est venue sur le site provençal tracer les choix de l’Etat et détailler les exigences et perspectives qu’ils impliquent pour l’industriel, à travers ce contrat qualifié d’historique pour la filière « hélicoptères ». « Au plus fort de la crise, les commandes civiles ont chuté de moitié, mais le ministère a été présent. D’abord avec la commande anticipée de huit hélicoptères H225M Caracal qui a permis de sauvegarder 960 emplois sur trois ans dans la filière. Ce nouveau contrat de 169 H160M va permettre d’assurer une activité pour les 15 prochaines années à plus de 2 000 personnes » a-t-elle déclaré à Bruno Even, président d’Airbus Helicopters qui l’accueillait. D’autres commandes contribuent à conforter la lisibilité à court, moyen et long terme du groupe puisqu’il doit également livrer, en version civile, 6 H160 à la Marine Nationale, configurés pour du sauvetage en mer, et 10 H160 à la Gendarmerie Nationale en vue d’assurer les opérations de maintien de l’ordre lors des Jeux Olympiques de Paris en 2024.

Signal fort pour l’avenir

Airbus Helicopters emploie actuellement environ 8 500 collaborateurs à Marignane auxquels s’ajoutent 4 000 personnes d’entreprises co-traitantes. L’activité liée au contrat confirmé le 23 décembre 2021 associera en Provence-Alpes-Côte d’Azur une quarantaine de sociétés, de toutes tailles. Il faut environ 11 000 heures de travail pour un appareil, en fabrication et assemblage. Soixante personnes s’attèlent pour l'heure sur la chaîne H160, un effectif qui devrait doubler avec la montée en puissance. Pour Bruno Even, l’Etat a envoyé « un signal fort pour soutenir l’industrie aéronautique et de défense, ses emplois et ses compétences, et le dynamisme économique de la France à l’export. L’H160M va remplacer les cinq types d’hélicoptères des armées françaises à partir d’une plateforme d’un hélicoptère civil, ce qui contribuera à la standardisation et l’amélioration globale de la disponibilité des appareils ». Pour 2022, le dirigeant annonce l’embauche de plus de 400 personnes à Marignane. D’autres se concrétiseront à l’avenir, sur le site, et chez les partenaires. « La confirmation de ce contrat est vraiment essentielle. Elle nous oblige. Vous pouvez compter sur notre engagement » a insisté Bruno Even.


Rédigé par Jean-Christophe Barla, le Vendredi 14 Janvier 2022 | Lu 231 fois






En direct

Pure Ocean, 5 ans au service de l’océan

22/11/2022 - Fabienne Berthet

Aix carbure au biogaz

10/11/2022 - Jacques Poulain




À la une ce mois-ci

Businews N°205 - Janvier Février 2022




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter