Menu

Mon magasin en ville, une nouvelle vitrine pour les commerçants


           

Permettre aux commerçants de céder leurs invendus toute l’année grâce à une plateforme dédiée ? Tel est le concept de mon magasin en ville lancé il y a quelques mois qui intervient comme une agence de communication dédiée pour des produits haut de gamme dans toute la France.


Mon magasin en ville ? Une plateforme de vente de produits invendus à tarif réduit proposés directement par des boutiques indépendantes haut de gamme et dans les secteurs les plus divers, mode, maroquinerie, horlogerie, décoration etc. Ce concept inédit proposé par Olivier Chlous, marseillais d’origine qui a été longtemps directeur et commercial pour des grandes marques horlogères, offre une nouvelle approche de la consommation en ligne. « Pour de nombreux commerçants, les stocks d’invendus sont un vrai enjeu, les assainir permet de reconstituer une trésorerie, faire de la place dans la boutique et mieux gérer son enseigne » note le fondateur qui s’est adjoint les forces de son fils Maxime pour démarrer l’aventure. 
En construisant un site dédié, chaque boutique existe en propre sur la plateforme, ce qui permet d’être visible, compétitive et de bénéficier d’un nouveau canal de vente et de communication. La plateforme agit en tant qu’intermédiaire sans acheter de stocks. Chaque commande est réglée au vendeur qui l’expédie aux clients ayant effectué leurs achats via Mon magasin en ville. La plateforme se rémunère par une commission sur les ventes prélevée à la source. « A 12, 5 % TTC, nous sommes une des platesformes les moins chères du marché » reprend Olivier Chlous. Mon magasin en ville a déjà séduit de nombreuses enseignes, à Marseille, La maison Marseillaise, A la Maison, Créatis ainsi que dans le reste de la France. « Nous allons de plus en plus vite dans la création de site et tablons sur les réseaux sociaux pour avancer. Chaque boutique informes ses clients, nous sommes actifs de notre côté tout en insistant sur le référencement pour dynamiser les ventes » appuie Olivier Chlous qui compte bien voir le modèle économique de sa startup rentabilisé à l’été 2022. 


Rédigé par Fabienne Berthet, le Mardi 25 Janvier 2022 | Lu 260 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >

Lundi 19 Septembre 2022 - 20:19 Santafoo, une consommation juste et responsable






À la une ce mois-ci

Businews N°205 - Janvier Février 2022




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter