Menu

Ombrea lève 10 millions d’euros pour ses ombrelles agrivoltaïques


           

La start-up provençale vise l’équipement de 1.000 hectares de cultures en 2027. Ses protections pilotées par algorithmes sont efficaces contre les morsures du soleil, le gel et la grêle. Ils pourront bientôt gérer les apports d’intrants.


Après avoir remporté en janvier l’équipement de plusieurs grandes cultures avec ses systèmes d’ombrières productrices d’énergie lors du dernier appel d’offre de la Commission de Régulation de l’Energie, la start-up provençale vient d’annoncer avoir levé 10 millions d’euros pour accélérer sa croissance. Deux tiers sont fournit par un pool d’investisseurs conduit par l’acteur de référence de la finance durable Mirova, accompagné de CMA CGM Ventures et de deux entrepreneurs. Le solde, 3 millions d’euros, sera complété par de la dette conclue auprès des partenaires bancaires historiques de la start-up. « La famille reste le premier actionnaire », indique sa cofondatrice et directrice générale, Julie Davico-Pahin.
L’entreprise est ambitieuse. Renforcée par ses premiers succès, elle prévoit d’équiper 150 hectares de terres agricoles en 2022 puis d’environ doubler le nombre de ses installations chaque année jusqu’à atteindre un millier d’hectares abrité des ardeurs climatiques d’ici 2027, principalement dans le sud du pays. Pour y parvenir, Ombrea prévoit d’accroitre les surfaces moyennes couvertes, en passant de moins de 1 hectares aujourd’hui à au moins six. Tous les secteurs agricoles sont visés : viticulture, arboriculture, horticulture, maraichage, plantes à parfums… Le déploiement commercial a déjà commencé avec l’ouverture d’un bureau à Toulouse, au cœur d’une des régions les plus concernés par les impacts climatiques. « Nous prévoyons d’embaucher 50 personnes d’ici 2023 », précise encore l’entrepreneure.
La start-up travaille également sur de nouveaux développements technologiques. Pilotées intelligemment, ses ombrelles productrices d’énergie photovoltaïque régulent déjà les paramètres climatiques de la plante par un jeu d’ombrage dynamique commandé automatiquement à partir de l’analyse des conditions météorologiques et du besoin des plantes en temps réel. « Nous recréons un climat propice à leur croissance », résume la jeune cofondatrice. Mieux protégés, les végétaux donnent tout leur potentiel : la culture des pivoines est par exemple 17% plus productive en utilisant un tiers de moins d’eau.
Le secret de cette technologie : la collecte et l’analyse quatre fois par heure et en une dizaine de points des parcelles équipées, de paramètres environnementaux clés tels que la force du vent, la lumière, l’hygrométrie et la température. « Nous collectons ainsi plus d’un million de données par an sur chaque site pour créer des jeux d’ombrage reproduisant les conditions climatiques optimums », poursuit Julie. D’ici peu, ses ombrières seront aussi capables contrôler les justes apports d’intrants et d’eau et d’anticiper le déploiement de filets protecteurs contre des épisodes de grêle ou de gel subits.
 


Rédigé par Paul Molga, le Jeudi 30 Septembre 2021 | Lu 366 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >

Samedi 16 Octobre 2021 - 18:25 Job gaming sur le campus Ionis

Mercredi 13 Octobre 2021 - 18:19 Positive Planet booste l’entrepreneuriat féminin






Businews Mag

Businews N°203 - Septembre Octobre 2021




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter