Menu

Seanergy planche sur un procédé novateur de dessalement de l’eau de mer


           

Cette start-up marseillaise, qui vient de lever 800 000 €, installe son démonstrateur au sein de Team Henri Fabre, technocentre industriel basé à Marignane.


Hubert Montcoudiol et Hervé de Lanversin, les deux co-fondateurs de Seanergy©DR
Hubert Montcoudiol et Hervé de Lanversin, les deux co-fondateurs de Seanergy©DR
Créée en 2021 à Marseille par Hubert Montcoudiol et Hervé de Lanversin, Seanergy travaille sur une méthode disruptive de dessalement d’eau de mer appelée « cryo-séparation ». Le principe de cette innovation est de glacifier l’eau salée afin de cristalliser l’eau pure, la séparant ainsi de l’eau chargée en sels minéraux. Avantages de cette technologie ? Aucune pollution par l’absence de rejets de saumure et une importante économie d’énergie au regard des solutions existantes.
Commentaires d’Hervé de Lanversin : « Les techniques de dessalement existent depuis longtemps, notamment l’osmose inverse où l’on filtre l’eau de mer en retenant les sels mais elle est à la fois polluante et onéreuse. Nous cherchons à démocratiser notre méthode de dessalement afin de répondre au plus grand nombre, tout en respectant l’environnement ».
En levant 800 000 € auprès d’une petite dizaine d’investisseurs privés, la start-up souhaite maintenant valider son innovation grâce à la mise en exploitation de son démonstrateur installé au sein de Team Henri Fabre, structure qui offre une expertise et des outils R&D de pointe, ainsi qu’une fenêtre sur l’écosystème régional. « Nous avons validé la technologie de Seanergy, sa solidité ainsi que ses aspects différenciants. Ce qui va lui permettre, alors qu’elle correspond en tous points aux valeurs que nous défendons, d’assembler les éléments du prototype, de bénéficier de notre écosystème afin de passer au stade de PME industrielle », explique Franck Bocquet, directeur technique de Team Henri Fabre.
En plein essor, la TPE, qui a déjà embauché trois ingénieurs, est en train de recruter et devrait compter une douzaine de collaborateurs l’an prochain, tout en visant d’ici 2024 une nouvelle levée de fonds « série A » de plusieurs millions d’euros. Objectif ?  Financer sa stratégie de déploiement à l’international. « Nous capitalisons sur notre capacité d’innovation à une échelle industrielle. Il s’agit ensuite, via une plateforme commerciale mondiale, d’engager des partenariats auprès d’institutions publiques comme d’acteurs privés sur tous les continents. Nos priorités portent sur les territoires marins, les sites côtiers ainsi que sur les ports marchands et de plaisance », précisent les deux dirigeants co-fondateurs.
Pour information : dans le contexte actuel de dérèglement climatique, le stress hydrique touche l’ensemble de la planète, tous les pays étant concernés avec 2,2 milliards de personnes qui en souffrent. Elles seront 3 milliards d’ici 2030.
 


Rédigé par Marie-Odile Helme, le Vendredi 30 Septembre 2022 | Lu 473 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >

En direct

Pure Ocean, 5 ans au service de l’océan

22/11/2022 - Fabienne Berthet

Aix carbure au biogaz

10/11/2022 - Jacques Poulain




À la une ce mois-ci

Businews N°205 - Janvier Février 2022




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter