Menu

Software République, « task force » des futurs territoires mobiles


           

Atos, Dassault Systèmes, Groupe Renault, STMicroelectronics et Thales conjuguent leurs expertises pour imaginer la mobilité intelligente et durable de demain. Une initiative nationale ouverte aux start-ups et PME qui ont des solutions à leur soumettre !


"Software République" imagine créer des jumeaux numériques des villes pour mieux appréhender l'amélioration des mobilités  (Photo JC Barla)
"Software République" imagine créer des jumeaux numériques des villes pour mieux appréhender l'amélioration des mobilités (Photo JC Barla)
« Nous sommes ouverts à toutes les villes prêtes à tenter des expériences » assure Luca de Meo, CEO de Groupe Renault qu’il voit désormais comme « une boîte technologique qui intègre des véhicules et pas comme de l’automobile qui intègre des technologies ». « Nous sommes déjà habitués à travailler avec tout un écosystème de start-ups et d’entreprises, avec notre accélérateur 3D Expérience Lab. La proximité européenne est valorisée. Tout le monde est bienvenu » confie Bernard Charlès, vice-président du conseil d’administration et directeur général de Dassault Systèmes. Le 9 avril, les dirigeants d’Atos, Dassault Systèmes, Groupe Renault, STMicroelectronics et Thales ont présenté en visioconférence les ambitions de leur « Software République » qu’ils conçoivent comme un « écosystème d’open innovation » visant à développer ensemble et le plus largement possible une approche collaborative en matière de mobilité intelligente et durable. L’initiative est ancrée à Guyancourt, dans le Technocentre Renault, les uns et les autres disposent d’équipes, d’antennes et d’expertises en Provence-Alpes-Côte d’Azur, mais leur volonté est d’associer au-delà de leur propre périmètre des start-ups, des PME, des laboratoires académiques susceptibles d’apporter leurs technologies dans les domaines de l’intelligence artificielle, de la cybersécurité, de la connectivité, de l’électronique embarquée, des données ou des jumeaux numériques... Des besoins sont également évoqués en matière de télécommunications, assurances, énergie. « C’est un appel à participer » insiste Luca de Meo. « Nous devons nous occuper de cas d’usages, en mobilisant les savoir-faire d’ingénieurs et de beaucoup d’autres » ajoute Elie Girard, directeur général d’Atos. Pas seulement dans l’automobile mais dans l’appréhension globale des problématiques de mobilité et de décarbonation d’un territoire. L’optimisation des flux de mobilité en fonction du temps, du confort ou de la gestion de l'énergie fait ainsi partie des thématiques qu’ils entendent investir. Et il y aurait à faire à Marseille, considérée comme l’une des cités les plus embouteillées d’Europe et confrontée à la pollution !

Souveraineté à reconquérir

« Nous devons répondre à des besoins sociétaux de sécurité et de réduction globale de l’empreinte environnementale. Ce qui pilote la mobilité, c’est de travailler les uns avec les autres sur des systèmes ouverts localement pour attaquer des marchés mondiaux » renchérit Jean-Marc Chéry, président du directoire et directeur général de STMicroelectronics. Une ville pourrait ainsi être dotée d’un jumeau numérique afin d’imaginer et simuler virtuellement tous les services, données et usages de mobilité qui pourraient y être déployés pour sa configuration propre. Parmi les sujets déjà lancés par « Software République », un dispositif « Plug and Charge » qui permettra à une voiture électrique, branchée sur une borne compatible, d’être automatiquement reconnue et d’opérer une charge sans que l’utilisateur n’ait la moindre action à accomplir, même pour régler sa facture ! Pour Patrice Caine, PDG de Thales, cette approche collective répond à un objectif revenu (enfin) au centre des préoccupations de l’industrie et des gouvernements européens : « Être maîtres de notre destin ».


Rédigé par Jean-Christophe Barla, le Dimanche 11 Avril 2021 | Lu 451 fois






>>> Dans la même rubrique >>>
< >

Vendredi 2 Juillet 2021 - 17:21 Jellyfishbot, chasseur d’hydrocarbures






Businews Mag

Businews N°202 - Juillet Aout 2021


businews_201_bd.pdf Businews 201 BD.pdf  (18.28 Mo)


Facebook

Derniers tweets

Les plus lus

Inscription à la newsletter