Menu

100 000 emplois dépendent de la chimie régionale


           



Comment mesurer son ancrage territorial ? Le Club des Entreprises Ouest Provence a donné des clés le 19 septembre à Fos-sur-Mer et l'Union des Industries Chimiques régionale des résultats sur l'impact de ses activités. Le travail mené inspire les partenaires du projet PIICTO...

"Une industrie a parfois du mal à expliquer à quoi elle sert, ce qu'elle pèse, même si, comme la chimie, elle est partout et apporte des emplois et de la richesse économique. Nous avons voulu mesurer objectivement notre impact. Résultat : pour chaque emploi créé dans la chimie, cinq en découlent" confie Marc Bayard. Le délégué général de l'Union des Industries Chimiques (UIC) de Provence-Alpes-Côte d'Azur a fait appel à une méthode définie par le cabinet conseil en développement durable, Utopies, afin d'évaluer l'empreinte socio-économique des activités de la branche chimie (chimie de base et chimie de spécialités). Baptisé "Local Footprint", cet outil d'analyse mesure les emplois directs, indirects et induits (sur la consommation régionale, l'administration publique...) en puisant dans les sociétés du secteur leurs données relatives à leurs achats, leurs dépenses, leurs ressources humaines, leur fiscalité.... La chimie régionale engendre un total de 100 000 emplois dont 79 000 en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Evaluation objective

L'étude a été présentée à l'initiative du Club des Entreprises Ouest Provence, de Dekra et de l'association PIICTO le 19 septembre à Fos-sur-Mer, lors d'une réunion sur la thématique "Comment valoriser et renforcer votre ancrage territorial ?". Le club souhaitait éclairer ses membres, mais aussi quelques représentants de collectivités, sur les moyens d'agir plus efficacement pour un développement économique de proximité. "Local Footprint quantifie les retombées bien au-delà des impacts directs et peut le faire pour n'importe quelle entreprise afin de limiter les "fuites économiques" du territoire, indique Antoine Joint, manager Economies locales durables d'Utopies. Cinq leviers permettent d'agir, chacun sous différentes formes, pour générer des entreprises pollinisatrices : la planification, les hommes, les partenariats, les achats et les financements". Pour Nicolas Mat, secrétaire général et chef de projet de l'association PIICTO sur la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer (Caban/Tonkin), "la dynamique portée par notre plate-forme industrielle et d'innovation veut contribuer à des retours conséquents pour le territoire. Environ 60 millions d'euros de projets industriels sont déjà engagés ou à l'étude. Souvent, les industriels coopèrent quand ils doivent survivre. Avec PIICTO, nous voulons instituer un écosystème qui interagisse en bonne intelligence avec les PME par anticipation".

Jean-Christophe Barla

Légende photo (JC Barla)

De nombreux dirigeants ont garni la salle de l'hôtel Ariane à Fos-sur-Mer pour apprendre à "polliniser" leur activité afin d'accroître l'ancrage territorial de leur entreprise.

jcbarla


Rédigé par jcbarla, le Jeudi 21 Septembre 2017 | Lu 0 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter