Menu

ADF veut faire de l’or avec sa chaudronnerie


           



Avec l’inauguration de son atelier de chaudronnerie à Fos, construit et équipé pour 3,5 millions d’euros, le groupe de Vitrolles élargit sa palette de services à l’industrie.

« Fos a été une volonté, pas une évidence » admet Marc Eliayan, PDG d’ADF, en rappelant que l’atelier de chaudronnerie de 900 m2 inauguré le 7 novembre à Fos-sur-Mer avait été initialement projeté au Portugal. « Provence Promotion nous a rattrapés alors que tout le dossier était prêt » reconnaît de son côté Frédéric Turco, directeur Asset industriel du groupe. Mais le « jeu collectif » des institutions bien relayé par l’agence économique Provence Promotion ainsi que les aides financières ou logistiques apportées par l’Etat (prime à l’aménagement du territoire), la Région, le Département, la Métropole, la CCI Marseille Provence et le Grand Port Maritime de Marseille ont permis un revirement dont tous leurs représentants se sont (trop longuement) réjouis lors de la cérémonie. C’est en effet un investissement de 3,5 millions d’euros en bâtiment et équipements techniques, promis en 2016, qui s’est concrétisé sur la zone de la Feuillane, et entre 60 et 70 emplois (dont une trentaine déjà effectifs), principalement de chaudronniers et soudeurs, qui doivent s’ajouter d’ici à 2020 sur l’unité. « Cette chaudronnerie complète nos capacités traditionnelles mais contribue aussi à sécuriser un site où travaillent 170 personnes » poursuit le dirigeant, en précisant que des pièces complexes jusqu’à 5 mètres de diamètre pourront y être fabriquées pour des clients de toute l’Europe « qui n’auront plus à aller chercher très loin ce que nous pourrons leur offrir sur le sol français ».

Nouveaux projets

Le groupe de services à l’industrie (ingénierie, conseil, production, équipements, maintenance…) réalise un chiffre d’affaires de 407 millions d’euros pour un effectif de 3 865 collaborateurs dans 14 pays et sur douze unités de production. Il intervient dans l’aéronautique-spatial-défense, l’énergie, le pétrole, la chimie et l’industrie en général et a changé de dimension grâce à l’acquisition de Latécoère Services, transformé en Latesys en 2018, et de G2Métric. Avant même de couper le ruban du nouvel atelier, Marc Eliayan annonçait d’autres développements. « Nous allons investir 1,5 million d’euros dans la traçabilité et la numérisation en 2019 pour faire entrer ce site dans l’industrie 4.0 ». Quant à Frédéric Turco, il regardait vers une parcelle extérieure d’environ 1 500 m2 appelée à recevoir un banc d’essai de « booster » pour la fusée Ariane avec un faux mât de 17 mètres de hauteur.

Jean-Christophe Barla

jcbarla


Rédigé par jcbarla, le Vendredi 9 Novembre 2018 | Lu 0 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020


Businews N° 194 Juin 2020


Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter