Menu

Alteo veut persister dans la « croissance durable »


           



L’ex-site de Péchiney existe depuis 125 ans à Gardanne. Alteo, son actuel exploitant, vient d’inaugurer deux nouvelles unités pour rester « leader mondial des alumines de spécialité ». En Provence et contre vents et marées…

« Aucune activité humaine ne s’exerce sans conséquence. Il faut que les gens puissent travailler et que ces activités s’exercent dans le respect de l’environnement » a rappelé le maire de Gardanne, Roger Meï, lors de l’inauguration le 22 mars de deux nouvelles unités sur le site d’Alteo, ciblé, ces dernières semaines, par des contestations d’associations locales et environnementales. « En six ans d’existence, Alteo a fait plus sur le plan environnemental que ses prédécesseurs des 50 dernières années » souligne de son côté le président du Parc National des Calanques, Didier Réault, déterminé à maintenir la pression à l’avenir. Trente-cinq millions d’euros ont été investis pour résoudre des problématiques environnementales, selon Frédéric Ramé, président d’Alteo. Soutenue financièrement par l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse, la nouvelle station de traitement des eaux par injection de CO2 en représente près de 7 pour purifier les rejets liquides issus de la production d’alumines de spécialité. L’industriel continue parallèlement d’investir dans l’amélioration de sa compétitivité et de ses produits puisqu’il a dépensé 1,5 million d’euros dans un atelier de fabrication d’alumines « haute pureté » d’une capacité annuelle de 1 100 tonnes.

Efforts d’ingénierie

« Nous sommes engagés dans un projet respectueux et responsable pour assurer à l’entreprise une croissance durable, indique-t-il. Nous avons recruté 90 CDI et CDD sur la seule année 2018, nous avons ouvert fin 2018 deux filiales en Corée et en Inde, 70% de notre production est exportée… Nous avons aussi réduit de plus de 50% en six ans nos émissions de Nox (oxydes d’azote)… Nous subissons régulièrement des attaques virulentes sur la base de contre-vérités. Nous y opposons des actes et des résultats ». L’an dernier, Alteo qui emploie 480 salariés a généré un chiffre d’affaires de 240 millions d’euros. Pour Eric Duchenne, le directeur industriel et développement durable, le groupe peut s’enorgueillir de commercialiser dans le monde des alumines de spécialité « designed and manufactured in Gardanne ». « Nos projets reposent sur beaucoup d’ingénierie pour nous plier aux exigences réglementaires, mais en trois ans de R&D, nous avons réussi à concevoir une solution, l’expérimenter sur un site pilote et construire une nouvelle unité pour nous conformer à ce que l’Etat attendait de nous. Nos rejets liquides sont désormais purifiés à 99,98%. C’est un vrai cap industriel et environnemental que nous avons franchi ». Sur ses résidus solides, le groupe travaille avec la CCI Marseille Provence pour dénicher des voies de valorisation sous leur forme commercialisable de « Bauxaline ». Une manière de pérenniser encore le site. « Alteo est resté fidèle au territoire parce qu’elle a su prendre des virages, s’adapter à un monde qui bouge, pour en demeurer un fleuron » s’est félicité le président de la CCI, Jean-Luc Chauvin. L’entreprise n’en a pas fini avec les transformations : en 2020, elle devrait mettre en service de nouvelles installations pour parachever l’épuration de ses eaux. François-Michel Lambert, député écologiste de la circonscription, s’avoue convaincu qu’elles seront un jour « de qualité agricole ».

Jean-Christophe Barla

jcbarla


Rédigé par jcbarla, le Vendredi 29 Mars 2019 | Lu 0 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020


Businews N° 194 Juin 2020


Facebook

Derniers tweets

Les plus lus

Inscription à la newsletter