Menu

Blocages : Les transporteurs et logisticiens demandent à être reçus par le gouvernement


           



Alors que le conflit national contre la réforme des retraites, entamé le 5 décembre, s’enlise entravant l’activité dans les ports, les professionnels de la chaîne logistique sont durement impactés: industriels, transitaires, compagnies, transporteurs, logisticiens. Ces derniers ont lancé un signal d’alarme le 13 janvier au moment où les dockers observent une nouvelle action nationale « Ports morts » de grèves et de blocages durant 72 heures. Les principales fédérations professionnelles de transport et de logistique françaises demandent à être reçues d’ici la fin de cette semaine par le gouvernement.  TLF, TLF overseas, FNTR et l’Otre réclament le déblocage des ports français.

Financièrement fragilisés, les professionnels demandent des mesures de soutien aux entreprises durement affectées par les conflits sociaux. Dans un courrier adressé le 13 janvier à l’ensemble des compagnies maritimes opérant sur les ports français et aux entreprises de manutention, Eric Hémar, Président de TLF et Herbert de Saint Simon, Président de TLF Overseas, ont demandé l’exonération de tous les jours de grèves dans le calcul des frais de stationnement, gardiennage, branchement des conteneurs reefers, détentions et surestaries. 

« L’activité du transport de marchandises est en péril. Sans ports, pas de commerce extérieur ! J’appelle officiellement les autorités nationales et locales à débloquer la situation pour assurer la libre circulation des personnes et des marchandises », déclare Herbert de Saint Simon, Président de TLF Overseas. Les chargeurs déplorent le retour à la situation dramatique de 2010 et envisagent sérieusement de ne plus toucher les ports français. Alors que débute le nouvel an Chinois, le fabricant et importateur de luminaires Batimex se voit lourdement pénalisé.  « Si les grèves perdurent, les compagnies vont demander de décharger n'importe où sauf à Fos », déplore Jean-Yves Baeteman, président de Batimex. Setcargo, filiale de Tempo One spécialiste de la commission de transport, tourne au ralenti en particulier au Havre et à Port-Saint-Louis du-Rhône où l’accès aux entrepôts est bloqué par les grévistes.

N.B.C   

 

nbdc


Rédigé par nbdc, le Mercredi 15 Janvier 2020 | Lu 4 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020


Businews N° 194 Juin 2020


Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter