Menu

Dynamiser le centre-ville avant d’étendre la ZTI


           



La décision du Conseil municipal de Marseille du 12 janvier dernier de modifier unilatéralement et d’étendre le périmètre de la zone touristique internationale (ZTI) a fait couler de l’encre. Lors d’une rencontre qualifiée par toutes les parties en présence « d’historique », syndicats employeurs et salariés ont uni leur force contre ce qu’ils considèrent être une totale absence de concertation et de considération des acteurs sociaux.

« Nous avons appris la décision prise par la Mairie de Marseille de modifier le périmètre de la zone touristique internationale (ZTI) sans avoir été sollicités. Ce qui est complètement incompréhensible. L’ouverture dominicale va dans le sens de l’histoire et il n’est pas question de la remettre en cause mais cette précipitation est une aberration », résume Johan Bencivenga, président de l’UPE 13. Et tous les acteurs sociaux de militer en priorité, pour la mise en place d’actions concrètes déjà listées lors de l’accord de juillet dernier concernant la loi Macron sur l’ouverture dominicale. La propreté, l’accessibilité, la présence de parkings, des transports en commun apparaissent ainsi comme des conditions nécessaires pour revitaliser, en premier lieu, le centre-ville. « Une zone touristique internationale doit faire la preuve de l’afflux exceptionnel d’une clientèle étrangère » explique Jacques Biancotto, représentant de la CFE CGE au niveau national. « L’extension de celle de Marseille, à la zone du Prado - incluant ainsi le futur centre commercial qui va ouvrir le 28 Mars prochain -, à Bonneveine et à Mazargues ne répond pas à cet enjeu » s’inquiète un professionnel. « 94 % des entreprises sont des TPE. Il faut en tenir compte avant de prendre des décisions et innover au lieu de repenser indéfiniment des plans d’actions » défend, pour sa part, Alain Bendano, président de l'U2P, l'Union Professionnelle des Artisans et des Professions Libérales. « Le phasage est important. Mettons en place les actions déjà planifiées et entendons nous ensuite pour l’extension de la zone. Le décloisonnement doit davantage exister entre le monde économique et politique » reprend Johan Bencivenga. Un rendez-vous avec le maire de Marseille a ainsi été sollicité et une lettre adressée au préfet sur qui repose la délibération finale.

Fabienne Berthet

Photo : les partenaires sociaux réunis pour lutter contre le fait accompli de la ville de Marseille

fberthet


Rédigé par fberthet, le Mercredi 28 Février 2018 | Lu 0 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020


Businews N° 194 Juin 2020


Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter