Menu

Face à l’industrie provençale, l’Etat s’engage… et recule


           



Lors du Comité National de l’Industrie tenu à Marseille, le 1er ministre Edouard Philippe et Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, ont affiché leur détermination pour réindustrialiser la France... Ebranlée en 24h par le revirement de leur majorité, lié à la bioraffinerie de Total à La Mède.

La tenue à Marseille d’un Conseil National de l’Industrie, à l’occasion de « L’Usine Extraordinaire », a permis d’aborder la métropole dans sa dimension industrielle et pas seulement tertiaire ou touristique. Venu surtout pour présenter son « Pacte Productif 2025 » - « Un Pacte, pas un Plan !» a-t-il affirmé pour en souligner l’approche partenariale – Edouard Philippe s’est réjoui, aussi, en citant l’inventeur de l’hydravion Henri Fabre, que « Marseille est prête à se battre pour son industrie », invitant collectivités et représentants des filières industrielles à travailler ensemble « pour implanter davantage de dossiers dans les territoires ». Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, et Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d’Etat, ont ensuite rencontré différents industriels et responsables d’organisations professionnelles (UIMM, Medef, CPME), consulaires (CCIMP, CMAR), de pôles de compétitivité (Eurobiomed, Capenergies) pour recenser les problématiques qui freinent à leurs yeux la réindustrialisation de la France. « Nous avons posé des bases de la transformation. Rester les bras croisés serait suicidaire. Il n’y pas d’autre stratégie possible que d’accélérer pour obtenir des résultats » a posé en préambule le ministre.

Simplifier encore et encore

Au nom du MEDEF régional, Yvon Grosso a insisté sur le différentiel de compétitivité que la fiscalité sur la production fait peser sur les entreprises françaises par rapport à leurs homologues allemande, hollandaise ou italienne. « Pour donner de la participation aux salariés, il faut déjà dégager du résultat. Or, nous sommes taxés alors que nous n’avons même pas réalisé un euro de chiffre d’affaires ! ». L’accentuation des règlementations, l’alourdissement des contraintes environnementales ont été également relevés, en particulier sur les distorsions engendrées avec des pays bien moins regardants. Le soutien à l’innovation a été un autre sujet au cœur de la discussion. Jugée exemplaire pour son Crédit d’Impôt Recherche, la France le semble beaucoup moins pour offrir aux entreprises innovantes les perspectives de rentabiliser le fruit de leurs recherches sur le territoire. Les revendications sur les simplifications nécessaires en matière de recrutement, d’internationalisation, d’urbanisme ou de délais de procédures administratives ou environnementales ont permis aux acteurs locaux de transmettre des arguments concrets à défendre au plus haut niveau. Bruno Le Maire les a quittés en s’engageant à « ne baisser les bras sur rien ».

Volonté vite fragilisée

Il n’a pas fallu 24h pour que cette détermination affichée soit « plombée » par le « mic-mac » du double vote de l’amendement sur les avantages fiscaux accordés aux biocarburants à base d’huile de palme qui concerne directement la bioraffinerie de Total à La Mède.  Après avoir été approuvé jeudi par l’Assemblée Nationale pour être maintenu jusqu’en 2026, le temps d’adapter le procédé par de nouveaux investissements et de structurer la filière de collecte d’huiles usagées, l’organisation (rare) en urgence d’un deuxième vote à la demande d’Edouard Philippe a débouché sur un refus voté par la quasi-totalité des députés de la majorité gouvernementale. Une décision, prise sous la pression des organisations environnementales, qui risque d’affecter la compétitivité de l’unité. « Un très mauvais signal envoyé aux investisseurs internationaux sur l’instabilité fiscale en France » se désolait en privé un observateur local, alors que de nombreux projets se profilent sur le pourtour de l’étang de Berre…

Jean-Christophe Barla

Photos JCB : Bruno Le Maire a inauguré « L’Usine Extraordinaire » avec tous les organisateurs avant de rencontrer plusieurs acteurs provençaux pour entendre leur vision sur la réindustrialisation de la France.

jcbarla


Rédigé par jcbarla, le Lundi 18 Novembre 2019 | Lu 3 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020


Businews N° 194 Juin 2020


Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter