Menu

L’Autorité de Sûreté Nucléaire rassure sur les installations régionales


           



L’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a présenté le 5 juillet son bilan 2017. Ses campagnes d’inspection tendent à démontrer un respect plutôt scrupuleux des règles en vigueur dans les installations nucléaires de base en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Alors que Corinne Tourasse, déléguée territoriale, et Aubert le Brozec, chef de la division de Marseille de l’Autorité de Sûreté Nucléaire pour Provence-Alpes-Côte d’Azur, Corse et l’ex-Languedoc-Roussillon, se préparaient à présenter le bilan 2017 de leur mission, les médias évoquaient encore les incursions le 3 juillet d’un drone et d’un avion radiocommandé de Greenpeace sur la centrale du Bugey afin de démontrer la vulnérabilité des installations. Pas facile dans ces conditions pour cette autorité indépendante qui préfère la pédagogie au coup d’éclat d’aborder le détail de ses activités. Et Barbara Pompili, députée LREM, n’avait pas encore dévoilé ses préconisations pour la sûreté et la sécurité des 58 réacteurs nucléaires… « Nous avons réalisé 109 inspections sur l’année dont 51 dans le domaine de la sûreté nucléaire des installations de base. Le CEA Cadarache a fait à lui seul l’objet de 47 inspections et nous considérons que le niveau de sûreté nucléaire est globalement satisfaisant » indique Aubert Le Brozec. Les exploitants semblent de plus en plus soucieux, malgré un contexte compliqué par de nombreux travaux de construction, rénovation ou démantèlement, de respecter les règles. L’ASN note que lorsqu’elle a pointé par le passé des manquements, ses recommandations ont été suivies d’une amélioration des pratiques, à l’image des efforts en matière de prise en charge des déchets, même si, insiste-t-elle, « les opérations de reprise et de conditionnement de déchets anciens doivent se poursuivre sur un rythme ambitieux ». L’ASN réclame également des progrès sur la coordination entre les équipes d’intervention du CEA Cadarache et les installations pour conforter la protection contre le risque d’incendie.

ITER s’est bien recadré

Sur ITER, le chef de la division de Marseille se réjouit que les 3 inspections réalisées permettent de conclure à un niveau de sûreté « satisfaisant ». « Compte tenu des dépassements de calendrier qu’avait connu le projet, l’organisation a été bien recadrée et nous avons pu noter l’amélioration significative de l’appropriation des exigences de sûreté par l’exploitant, explique Aubert Le Brozec. Nous avons également remarqué qu’il s’emploie à veiller à leur respect chez ses sous-traitants. Si nous ne contrôlons pas directement ces derniers, nous restons très vigilants que l’exploitant s’assure de cette appropriation par l’ensemble de la chaîne ». En matière de transport de substances radioactives, les responsables des installations nucléaires de base ont pris « des dispositions satisfaisantes » selon l’ASN. En revanche, l’Autorité pointe des insuffisances persistantes dans les établissements médicaux.

Jean-Christophe Barla

photo JC Barla: Aubert Le Brozec, chef de la division de Marseille de l’ASN.

jcbarla


Rédigé par jcbarla, le Vendredi 6 Juillet 2018 | Lu 0 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter