Menu

L’attractivité en vedette des vœux du monde économique


           



Près de 1 300 personnes se sont rassemblées dans le hall 2 de l’Aéroport Marseille Provence pour afficher l’unité du monde entrepreneurial sur les grands enjeux du territoire et répéter, face aux élus présents, les projets qui leur tiennent à cœur.


Difficile de présenter ses vœux un 25 janvier. Tout a été dit dans des discours fleuves qui ne laissent plus de place à l’inédit. Les vœux des acteurs économiques, tenus dans l’enceinte de l’aéroport Marseille Provence, auront eu le mérite d’être rapidement énoncés, d’abord dans un film, puis, à la tribune, en moins d’une minute par intervenant, au grand plaisir des 1 300 participants ! Profitant de la présence de plusieurs élus locaux (Martine Vassal, Didier Parakian, Laure-Agnès Caradec…), Jean-Luc Chauvin, président de la CCI Marseille Provence, Johan Bencivenga, président de l’UPE 13, et leurs homologues de la Chambre de métiers et de l’artisanat de PACA, de la Chambre d’agriculture 13, de la CPME 13, de l’U2P et de l’UNAPL (1), se sont néanmoins évertués à marteler quelques messages sur leurs attentes pour Aix-Marseille-Provence en 2018 et au-delà : l’international et la proximité.

Allier le monde et le quartier

Si l’Etat décidait de céder ses parts dans le capital de l’aéroport – un projet qui ne relèverait pas de l’actualité immédiate - Jean-Luc Chauvin veut qu’il reste un outil au service du territoire, compte tenu de son impact économique évalué à 1 milliard d’euros. La CCIMP se pose en porte-voix des acteurs économiques sur le sujet. « Nous devons le rendre encore plus international avec des lignes vers les Etats-Unis, vers l’Asie, une navette avec Casablanca car l’Afrique est l’enjeu de la croissance mondiale de demain » dit-il. Pour Johan Bencivenga, soucieux de renforcer l’attractivité, « nous pouvons devenir la Silicon Valley européenne dans le numérique, mais nous avons aussi à gagner la bataille du grand public dans l’industrie pour démontrer qu’elle développe l’emploi ». D’autres, comme les représentants de l’artisanat ou des professions libérales, ont réclamé aux collectivités plus d’attention à la préservation de la proximité, en particulier pour la revitalisation des centres-villes. Alain Gargani, au nom de la CPME, allant jusqu’à revendiquer deux heures de parking gratuites pour les clients qui y feraient leurs achats. « Que serait un village sans ses entreprises de proximité ? » interroge André Bendano (U2P). Président de la Chambre d’Agriculture, Claude Rossignol a rappelé de son côté combien les préoccupations de la population sur des productions de qualité rejoignent désormais « le savoir-faire d’excellence » des agriculteurs provençaux. Et pour mettre du lien et de la fluidité entre tous ces atouts, il faut de la mobilité sur la métropole. Une revendication unanime sur laquelle 2018 devrait permettre de connaître quelques avancées…

J-C.B

photo: Monique Cassar, Présidente de la délégation Bouches-du-Rhône de la Chambre de métiers et de l'artisanat de région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Claude Rossignol, Président de la Chambre d'Agriculture des Bouches-du-Rhône, Alain Gargani, Président de la CPME13, André Bendano, Président de l'U2P, Jacques Cabuzel, Président de l'UNAPL.

jcbarla


Rédigé par jcbarla, le Dimanche 28 Janvier 2018 | Lu 0 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020


Businews N° 194 Juin 2020


Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter