Menu

L’innovation en question avec Erik Orsenna


           



A l’invitation du Club Marseille Métropole, l’académicien et économiste Erik Orsenna a débattu devant 300 personnes au Mucem autour du thème de l’innovation.  Une soirée organisée en partenariat avec Engie, l’un des (récents) membres fondateurs du club.

Sans innovation, pas de survie… Voilà l’enseignement à tirer des propos d’Erik Orsenna qui, bien connu pour avoir assuré le rôle de « nègre » du président François Mitterrand, est, entre autres, ambassadeur de l’institut Pasteur depuis 2016.  Ecrivain couronné du prix Goncourt en 1988, auteur de romans, biographies, essais, ce passionné de développement durable et d’économie circulaire vient de publier «  La Fabrique du Neuf » avec Stéphane Quéré, directeur innovation du groupe Engie.

Fruit des réflexions de plus de 150 intervenants issus de divers secteurs d’activité (dirigeants de grands groupes, créateurs de start-up, scientifiques, philosophes, élus, médecins…), présentant le point commun d’être impliqués dans les innovations les plus marquantes, et réunis durant trois ans lors des « Matinales de l’innovation » organisées par Engie, ce petit livre aborde la problématique de la « bascule » actuelle du monde.

Applis, drones, covoiturage, tweets, réorganisation des chaînes de production, manipulations génétiques, nanotechnologies, modes de procréation… L’innovation est  partout ! En fait, pourquoi changer,  comment fabrique t-on le changement, qu’est ce qui change ? «  Un grand groupe comme Engie, à l’époque GDF en position de monopole gaz et électricité, a dû se transformer en interne ces dix dernières années et s’ouvrir à ce qui se faisait à côté, c’est-à-dire au monde des start-up.  Une véritable révolution industrielle dopée par le numérique », a souligné l’académicien.  «  Nous n’avançons plus seuls, nous investissons dans les écosystèmes, nous recherchons justement les partenariats avec les start-up, par exemple à Marseille, nous collaborons avec La Coque. On ne travaille plus jamais seul », a renchéri Stéphane Quéré.

A été soulignée au passage la « formidable capacité d’innovation » des villes. «  Lille, Nantes, Lyon, Bordeaux, etc. se sont réveillées.  Je suis content que Marseille se réveille, mais il y a encore du potentiel. Innover est indispensable car il y a compétition entre les villes. Hambourg, Vancouver sont des cas extraordinaires de revitalisation », a insisté Erik Orsenna (en précisant avoir visité 200 villes).

Pour lui, c’est bien clair…  « Sans innovation, une entreprise peut rejoindre le musée de l’archéologie ».

Marie-Odile Helme

Photo©MOH

Pendant le point presse, de g à dr : Ludovic Parisot (Engie), Pierre Edouard Berger (Club Marseille Métropole), Stéphane Quéré (Engie) et Erik Orsenna.

 

 

 

 

 

 

mohelme


Rédigé par mohelme, le Vendredi 1 Février 2019 | Lu 0 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >


Actu éco



Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020


Businews N° 194 Juin 2020


Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter