Menu

LNPCA : l’enquête publique programmée du 17 janvier au 28 février 2022



           

Plan général de la traversée souterraine de Marseille © SNCF Réseau
Plan général de la traversée souterraine de Marseille © SNCF Réseau
C’est un rendez-vous très attendu : l’enquête publique sur les deux premières phases du projet de Ligne nouvelle Provence-Côte d’Azur (LNPCA) devrait se dérouler du 17 janvier au 28 février 2022. Ces six semaines de consultation du grand public sous l’égide d’une commission d’enquête constituent l’ultime étape du long parcours administratif de ce projet structurant instigué au début des années 2000 sur l’autel de la grande vitesse. 
Seize ans après le débat public sur le projet de LGV Paca (Ligne à grande vitesse), la LNPCA combine en effet désormais grande vitesse et dessertes du quotidien. Une reconfiguration qui a vu le tracé modifié pour relier les trois métropoles littorales, au prix d’une amélioration des infrastructures locales permettant de concilier offres TGV et TER.
Par delà la flambée du devis (passé de 5 à 8 Mds€), ce changement de paradigme aura aussi contribué à faire progresser le dossier à un rythme de gastéropode au galop, contrastant avec la vélocité du bolide ferroviaire. 

7 ans de travaux pour la gare Saint-Charles et la traversée souterraine de Marseille

Le projet de LNPCA gravé dans le marbre d’une décision du ministre des transports, Jean-Baptiste Djebbari en date du 23 juin 2020 prévoit dans une première phase l’aménagement d’une nouvelle gare TGV à l’Aéroport de Nice (coût : 242 M€ - travaux de 2024 à mi 2027) ainsi que d’une nouvelle gare périphérique à Saint-Cyr-sur-Mer, à l’ouest de Toulon (coût :  163 M€ - travaux de 2025 à 2030).
La deuxième phase prévue à partir de 2027 concerne la le chantier titanesque de la traversée ferroviaire souterraine de Marseille sur près de 8 km (coût : 602 M€) ainsi que le réaménagement du plateau de la gare Saint-Charles (coût : 949 M€) et des voies des faisceaux Est et Ouest qui y convergent (coût : 338 M€).
Près de sept ans de travaux - de 2028 à 2035 sous la houlette de SNCF Réseau - et un investissement estimé à 1,9 milliard d’euros seront nécessaires pour augmenter la capacité de la principale gare marseillaise aujourd’hui proche de la saturation avec 23 trains/heure. La création d’une infrastructure souterraine, nichée 25 mètres sous les quais de la plate-forme existante, coûtera à elle seule près de la moitié de ce devis.

Une première enveloppe de 3,45 milliards d'euros

Le plan de financement a été arrêté au printemps dernier par les partenaires du projet*. Il prévoit une première enveloppe de financement public de 3,457 milliards d’euros, pris en charge à parité par l'Etat (40%) et les collectivités (40%), l’Europe étant sollicitée pour apporter le solde (20%). Soit une subvention bruxelloise de 691 millions d'euros que l’Etat et la Région comptent défendre auprès de la Commission européenne en arguant de l’inscription du projet de LNPCA sur un corridor prioritaire et structurant du Réseau TransEuropéen de Transports (RTE-T). 

* Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Départements des Bouches-du-Rhône, des Alpes-Maritimes et du Var, Métropoles Aix-Marseille-Provence, Nice-Côte d’Azur et Toulon-Provence-Méditerranée, communautés d’agglomération de Cannes-Pays de Lérins, du Pays de Grasse et Dracénie-Provence-Verdon agglomération.
 


Rédigé par Jacques Poulain, le Mercredi 10 Novembre 2021 | Lu 1344 fois





Jacques Poulain





Businews Mag

Businews N°203 - Septembre Octobre 2021




Facebook

Derniers tweets

Les plus lus

Inscription à la newsletter