Menu

La grotte Cosquer se dévoile dans l'ancienne Villa Méditerranée


           


Frédéric Prades, directeur du Cosquer Méditerranée, présente la reproduction des chevaux (photo: F.Dubessy)
Frédéric Prades, directeur du Cosquer Méditerranée, présente la reproduction des chevaux (photo: F.Dubessy)
"C'est un trésor englouti dans nos calanques que nous ne pouvions pas rendre accessible au public", souligne Frédéric Prades. Ce Marseillais, directeur depuis six mois de Cosquer Méditerranée, se félicite que l'ancienne villa Méditerranée puisse désormais offrir cette possibilité à travers une réplique dans un espace muséal créé par Kléber Rossillon, vainqueur d'un appel d'offres lancé par la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur pour occuper ce lieu. D'autant plus que l'eau monte et que les experts prédisent que le site du cap Morgiou, classé au titre des monuments historiques depuis septembre 1992 et dont l'entrée se situe à trente-sept mètres sous la mer, aura disparu dans le demi-siècle à venir.

A un mois de l'ouverture (4 juin 2022), les mammouths et autres pingouins grandeur nature, et même une homo-sapiens, commencent à arriver au dernier étage où ils prendront part à une scénographie. Alors qu'au sous-sol de véritables artistes s'activent pour donner corps à la reconstitution très fidèle de la grotte sous-marine découverte par Henri Cosquer en 1985. Le plongeur cassidain a même versé une larme en voyant, en avant-première, les premières mains et autres chevaux reproduits.

En tout, 500 dessins et gravures, dont 200 animaux (dont des pingouins et des bisons) et soixante-cinq empreintes de mains (hommes, femmes et même enfants), sont à découvrir sur 1750 m² au cours d'un petit voyage dans un module d'exploration (16€ pour les adultes et 10€ pour les 10 à 17 ans et 5€ pour les enfants de 6 à 9 ans). Grâce à une modélisation en 3D réalisée par scanner, tous sont les copies conformes, au moindre détail près, de ceux dessinés entre 19 000 et 30 000 ans avant notre ère dans la grotte Cosquer. Un comité scientifique, constitué par l'Etat français et la Région, y a veillé.

700 000 visiteurs attendus en première année

Soixante-cinq mains sont reproduites (photo: F.Dubessy)
Soixante-cinq mains sont reproduites (photo: F.Dubessy)
Pour François de Canson, vice-président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, en charge du développement économique, de l’attractivité, du tourisme et de la prévention des risques majeurs, "C'est notre Tour Eiffel à nous. Pas en hauteur, mais en profondeur." Celui qui est également président du Comité régional de tourisme (CRT) n'hésite pas à qualifier le nouveau site d'"aspirateur pour notre région, un apport à une activité touristique qui pèse déjà 13% de notre PIB avec un chiffre d'affaires de 30 mrds€." Il se réjouit par avance d'y accueillir les croisiéristes, les touristes et les écoliers.

La Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, propriétaire du lieu, contribue à hauteur de 9 M€ à ce projet d'un investissement total de 24 M€. "Nous disposons d'une concession de vingt-cinq ans", indique Jacques Galland, secrétaire général du groupe Kléber Rossillon. L'entreprise devra verser une redevance fixe de 300 000 € par an à la Région et une redevance variable basée sur les entrées. "Nous attendons en première année environ 700 000 visiteurs pour une vitesse de croisière les années suivantes de 500 000", dévoile-t-il. Tout en s'empressant de préciser que, pour la grotte Chauvet 2 qu'il gère également, le groupe avait estimé le nombre d'entrées à 450 000 en première année et qu'ils avaient été 600 000 à venir parcourir le site, avant d'atteindre une fréquentation moyenne annuelle de 350 000.

Cosquer Méditerranée, qui emploie une centaine de salariés (80 à terme), devrait dégager un chiffre d'affaires compris entre 7 et 8 M€.

Des modules d'exploration permettront de visiter la reconstitution de la grotte (photo: F.Dubessy)
Des modules d'exploration permettront de visiter la reconstitution de la grotte (photo: F.Dubessy)



Rédigé par Frédéric Dubessy, le Jeudi 28 Avril 2022 | Lu 254 fois










À la une ce mois-ci

Businews N°205 - Janvier Février 2022




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter