Menu

Le Dock des Suds, en danger, lance un cri d’alerte


           



Latinissimo, association qui porte depuis 27 ans la Fiesta des Suds, a jeté l’ancre en 1998 au Docks des Suds. S’estimant « dans l’inconnu » depuis 2016, son équipe en appelle à l’opinion publique, aux élus, à l’Etat et à Euroméditerranée, son propriétaire.

Le ton est déterminé. Par la voix de son président Marc Aubergy, l’association Latinissimo (CA : 63 M€ depuis 27 ans, création de 25 équivalents temps plein) expose haut et fort les conséquences désastreuses que constituerait la disparition de son lieu mythique. «  Notre situation économique privée de l’activité du Dock des Suds (120 à 150 soirées/an, soit une moyenne de 100 000 à 110 000 personnes accueillies) ne pourra se poursuivre et atteindre un équilibre financier ». Et d’enfoncer le clou : «  On veut nous tuer, je ne sais pas qui »…

Comment en est-on arrivé là ? Situé à Arenc, il se trouve que le bâtiment fait partie de la zone d’Euroméditerranée avec le programme d’aménagement d’envergure que l’on connaît. Face à ce contexte, Latinissimo, liée à son propriétaire seulement par une Autorisation d’occupation temporaire  (renouvelable chaque année), a réclamé à plusieurs reprises « l’attribution d’un bail afin d’envisager l’avenir avec plus de sérénité et de postuler à des financements européens pour lesquels nous sommes inéligibles aujourd’hui ». Réponse « systématiquement  négative », selon Marc Aubergy qui précise le montant du loyer annuel : 180 000 €.

Alors que l’association a reçu un seul écrit depuis 2016 avec  l’assurance que « son maintien sur le site était assuré jusqu’à nouvel ordre et que l’établissement  public s’engageait à lui chercher un lieu de substitution à l’identique sur le périmètre d’Euromediterranée », elle demeure dans le flou total. Une situation d’autant plus alarmante que depuis 2015-2016,  à la suite des attentats survenus en France… comme pour tous les festivals, une baisse de la fréquentation a été enregistrée assortie d’une hausse  du budget du poste sécurité (+ 43%).

Rappelons au passage que Latinissimo, dont le partenaire historique est le Conseil départemental, ne bénéficie pas de subventions de fonctionnement pour le Dock des Suds (où elle a investi), lequel reçoit tout  au long de l’année en plus de la Fiesta* et de Babel Med (annulé en 2018) les manifestations des grandes entreprises et institutions locales.

Confrontée à une situation financière délicate (malgré des dettes  qualifiées de «  mineures » : 25 000 €) ayant provoqué deux licenciements économiques l’an dernier, et désormais la perspective d’un plan de sauvegarde, l’association demande, outre un bail de 5 ans, une subvention exceptionnelle de fonctionnement et une révision de son loyer mensuel  (plus d’1 M€ en 10 ans).

*Cette année, sur le J4, affluence oblige…

Marie-Odile Helme

Photo : l’équipe de Latinissimo autour de son président, Marc Aubergy.

© MOH

 

mohelme


Rédigé par mohelme, le Vendredi 9 Novembre 2018 | Lu 0 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >


Actu éco



Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020


Businews N° 194 Juin 2020


Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter