Menu

Le Fongecif répond aux attaques de Macron


           



32 milliards d’euros sont alloués chaque année à la formation professionnelle avec des résultats jugés peu probants par le gouvernement. Emmanuel Macron s’engage dans la réforme de la formation professionnelle, une promesse de campagne, afin de déposer un projet de loi au printemps prochain. Pointé du doigt par le président de la république pour son manque de transparence, le Fongecif contre-attaque.

« J’appelle les élus et hommes politiques à venir voir concrètement comment nous travaillons, et à rencontrer des personnes qui souhaitent changer de vie professionnelle. Emmanuel Macron parle de révolution de la formation professionnelle et déclare vouloir dépenser efficacement l’argent alloué à la formation. Nous voulons rassurer le président sur la transparence de fonctionnement et lui rappeler que nous sommes contrôlés », a déclaré Bernard Montoya, président du Fongecif PACA le 14 septembre 2017. Ce dernier qui dénonce la « position dogmatique » de l’Etat, invite les parlementaires à lire attentivement l’annexe au projet de loi de finances pour 2017.

Sur les 32 milliards d’euros alloués chaque année à la formation, 6 milliards sont gérés par les partenaires sociaux dont 1 milliard confié aux 15 Fongecif en France (13 en métropole et 4 en outre-mer). « 3% de ces 32 milliards sont accordés à des personnes qui ont réellement envie de bouger », ajoute le directeur du Fongecif PACA Gérard Goron.

« Si l’attaque porte sur le fonctionnement du paritarisme, les chiffres prouvent son efficacité. Nous sommes des délégués syndicaux bénévoles », renchérit Bernard Montoya qui représente la CFE-CGC au sein de l’organisme paritaire.

Selon l’observatoire de la transition professionnelle, 80% des bénéficiaires d’un congé individuel de formation (CIF) sont en poste un an après la sortie de leur formation et 91% retrouvent un emploi en lien avec celle-ci. « Taxée de chère, la formation professionnelle qui facilite le retour à l’emploi, coûte entre 15 000 et 20 000 € par personne or un chômeur coûte la même somme par an pour une durée moyenne au chômage de deux à quatre ans ! », poursuit René Ancelin.

Les membres du Fongecif PACA s’inquiètent des dérives que pourrait avoir la privatisation du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP). « Les professionnels font de la dentelle dans l’accompagnement. Si le CEP s’ouvrait au privé et n’était pas régulé, certains vont se frotter les mains financièrement », prévient Gérard Goron.

Le Fongecif compte 6 antennes et 13 permanences en région Provence Alpes Côte d’Azur. Il accompagne 8300 personnes et finance plus de 3000 formations.

 

N.B.C

 

De g. à dte : René Ancelin, vice-président du Fongecif PACA (Medef), Gérard Goron directeur du Fongecif PACA et Bernard Montoya, président du Fongecif PACA au titre de la CFE-CGC. ©NBC

 

Le CEP en tournée

 

Du 27 septembre au 21 octobre 2017, le Fongecif sillonnera les routes de Provence Alpes Côte d’Azur lors de la deuxième édition du CEP Tour. Un événement itinérant destiné à aller à la rencontre des salariés en quête d’évolution professionnelle dans 11 villes. A travers ce CEP Tour, les conseillers du Fongecif expliquent gracieusement les modalités de ce dispositif datant de 2015 accessible à tous et permettant de s’informer sur les métiers et formations. Le Conseil en Evolution Professionnelle s’adresse potentiellement à 2 millions de personnes dans la région.

nbdc


Rédigé par nbdc, le Vendredi 15 Septembre 2017 | Lu 0 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020


Businews N° 194 Juin 2020


Facebook

Derniers tweets

Les plus lus

Inscription à la newsletter