Menu

Le bâtiment perd en visibilité pour 2019


           



L’éclaircie aura été de courte durée dans le secteur du BTP des Bouches-du-Rhône. Après une année 2017 qualifiée d’exceptionnelle par la profession, 2018 marquera la fin des grands chantiers de la cité phocéenne. Philippe Devau, président de BTP13, n’a pas caché son inquiétude pour 2019 à l’issue de l’assemblée générale du 12 juillet.

Au terme de quatre années d’une crise profonde, le BTP dans les Bouches-du-Rhône a redressé la tête en 2017 avec 4% de croissance. Pas le temps de profiter de ce dynamisme retrouvé. 2018 s’annonce déjà plus terne avec une hausse de 2%.

« Les grosses opérations telles que la tour la Marseillaise, la L2 sont achevées. Nous sommes inquiets pour 2019 faute de projets structurant dans le département. Nous misons sur les JO de 2024 mais nous ne voyons rien venir pour le moment. Qui plus est, à la veille des élections municipales, les collectivités font preuve d’attentisme. Les changements intervenus sur les APL ont modifié la capacité financière des bailleurs sociaux tout comme l’impôt sur la fortune immobilière qui ralentit l’activité des investisseurs », analyse Philippe Deveau qui préside la fédération du bâtiment des Bouches-du-Rhône qui compte 900 adhérents.

Réunis en assemblée générale, le 12 juillet dernier au Fortin de Corbières à Marseille, la fédération du bâtiment a placé cette matinée sous le signe de l’innovation avec un exposé de Dominique Turcq sur l’intelligence artificielle. Une commission innovation créée localement en 2015 s’inscrit dans le plan national de la fédération de la transition numérique.

La Fédération du BTP 13 accompagne les professionnels à travers la modélisation BIM, les lunettes connectées, l’imprimante 3D, le béton connecté ou les casques de réalité virtuelle. « L’innovation a certes un coût mais à terme génère des économies. Elle permet de travailler de façon plus sereine sans perdre de temps. Les banquiers doivent s’attendre à avoir de nouvelles demandes », complète Philippe Deveau. Le secteur du bâtiment qui fait face à un cruel manque de main d’œuvre s’apprête à lancer un vaste plan national de recrutements auprès de 15 000 jeunes issus des quartiers prioritaires de la ville et une centaine de migrants. « Le bâtiment cultive une tradition ancestrale d’intégration. Il s’agit de profiter de cette main d’œuvre. Cela nous paraît naturel de faire appel à des talents lors de vagues migratoires », annonce Jacques Canut, président de la Fédération française du bâtiment.

Nathalie BUREAU DU COLOMBIER

Photo : Philippe Deveau et Jacques Canut, respectivement président de la fédération des Bouches-du-Rhône et président de la Fédération française du bâtiment. ©NBC

 

nbdc


Rédigé par nbdc, le Vendredi 20 Juillet 2018 | Lu 0 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020


Businews N° 194 Juin 2020


Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter