Menu

Le terminal méthanier de Tonkin se cherche une nouvelle vocation


           



Un cycle s’achève avec l’arrêt au 31 décembre 2020 du contrat d’approvisionnement en gaz algérien du terminal méthanier du Tonkin à Fos-sur-Mer. Historiquement voué à la regazéification du gaz et à son injection dans le réseau, ce terminal pourrait dans les mois à venir changer d’échelle et s’adresser aux nouveaux marchés de l’alimentation des poids lourds et navires en gaz naturel liquéfié. Elengy a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour exploiter les 3 Gm3 du terminal de Tonkin à compter de 2021.

« Nous savions depuis 2012 que l’alimentation en gaz algérien s’arrêterait fin 2020. Nous avons donc lancé un appel à manifestation d’intérêt pour ramener de la molécule à Fos Tonkin. A l’issue de la procédure qui s’achève cet été deux scénarios sont possibles, soit aucun client ne répond et nous arrivons à la fin d’un cycle industriel, soit des clients amènent la molécule et nous pouvons alors envisager d’effectuer du soutage à Tonkin. L’objectif consiste à faire de ce terminal un outil rentable, avec une fiscalité adaptée et de développer l’activité « Small Scale », orientée vers le clients régionaux », détaille Mathieu Stortz, directeur des terminaux de Fos.

Le gaz naturel liquéfié étant le plus propre des carburants fossiles du marché, il répond aux enjeux de la transition énergétique et plus spécifiquement à la date couperet du 1er janvier prochain sur la réduction des émissions de soufre dans le transport maritime. 

Elengy vise donc le marché de l’alimentation des camions citernes GNL, les barges de soutage en GNL, des microméthaniers et des infrastructures satellites. « Nous pouvons imaginer alimenter un vaste hinterland et transporter le GNL sur le fleuve avec des iso conteneurs, sur le rail au moyen de wagon citerne », souligne Mathieu Stortz, en pourparlers avec Toulon et Nice. Le directeur entrevoit également de nouveaux débouchés du côté du marché italien qui absorbe déjà une large partie des flux de camions GNL en sortie de Tonkin. « Nous sommes passés de 2 à 3 chargements camions-citernes en 2014 à Fos Tonkin à 3 473 en 2018, c’est l’équivalent de deux navires méthaniers. Ce chiffre devrait grimper à  18 000 chargements de camions-citernes en 2020 grâce à l’augmentation du nombre de postes de chargement à Tonkin en mars et l’ajout de deux baies supplémentaires à Fos Cavou », détaille le directeur des deux terminaux. 

Elengy entend se positionner sur le marché de l’avitaillement des nouveaux navires au GNL (paquebots, ferries et porte-conteneurs) arrivant progressivement sur le marché. La filiale d’Engie mise entre autre sur la livraison de cinq navires CMA CGM qui relieront à compter de 2021 l’Asie à la Méditerranée. Reste donc à trouver un opérateur à même d’investir dans un navire souteur au GNL.

Au 1er janvier 2019, Elengy, filiale à 100% de GRTgaz au sein d’Engie, possède 410 000 m3 de stockage sur les deux terminaux de Fos pour une capacité regazéification de 11,25 Gm3 et le chargement de 8275 camions-citernes.  

Nathalie BUREAU DU COLOMBIER

Mathieu Stortz, directeur des terminaux de Fos-sur-Mer. ©NBC

nbdc


Rédigé par nbdc, le Lundi 20 Mai 2019 | Lu 0 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020


Businews N° 194 Juin 2020


Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter