Menu

Les incoterms, nouveau levier en Algérie pour freiner les importations


           



Un nouveau stratagème se met en place en Algérie pour freiner les importations et stimuler la production locale. Depuis début octobre, la téléphonie et l’électroménager importés dans le pays se voient imposé l’incoterm FOB (Franco à bord) au lieu du CFR (Coût et fret rendu) avec pour conséquence un paiement en dinar par le destinataire assorti de neuf mois de crédit fournisseur.  Cette mesure  « devrait s’étendre à toutes les importations au plus tard le 31 décembre 2019 »,  précise une note de l’association professionnelle des banques et des établissements financiers algériens datée du 30 septembre 2019. Celle-ci précise également que les importateurs doivent privilégier le pavillon national pour organiser le transport maritime. Une décision dont les effets ne se sont pas fait attendre avec une nouvelle chute des exportations depuis début octobre.

Cette nouvelle mesure fait suite à l’obligation faite aux importateurs algériens de déposer à la banque 120% de la valeur de marchandise importée sur la base du devis proforma et l’application du DAPS, c’est à dire des taxes pouvant grimper jusqu’à 120% sur certains produits.  La téléphonie mobile et les produits blancs (réfrigérateurs, machines à laver…) étant déjà soumis à une taxe de 60%. Il se murmure néanmoins qu’un assouplissement pourrait intervenir avec la fin de la règle du 49/51 (sur la répartition du capital des sociétés étrangères) et sur le retour progressif  des importations d’occasions récentes des matériels roulant (3 à 5 ans).

N.B.C

 

nbdc


Rédigé par nbdc, le Mercredi 16 Octobre 2019 | Lu 3 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020


Businews N° 194 Juin 2020


Facebook

Derniers tweets

Les plus lus

Inscription à la newsletter