Menu

Marseille-Fos inaugure une rampe roro pour les colis d’Iter


           



Des colis exceptionnels pouvant peser jusqu’à 800 tonnes, ont désormais la possibilité d’être chargés à Fos sur des barges par la technique du roulage. En effet, la nouvelle rampe d’embarquement des colis lourds, conçue dans le cadre de l’aménagement de l’itinéraire Iter, a été inaugurée le 20 septembre 2017 avec un premier chargement de quatre transformateurs électriques sur une barge. Avec ce nouvel équipement portuaire voué au « project cargo », Marseille-Fos entend consolider sa stratégie de diversification.

Poutres, transformateurs, réservoirs… Le trafic de colis lourds a progressé de 26% de janvier à fin août 2017 sur le port de Marseille-Fos. Et d’ici la fin de l’année, il devrait poursuivre cette dynamique avec la mise en service de la rampe roro au poste 817, dans le Golfe de Fos.

Cette rampe, de 28 mètres de large et de 800 tonnes de capacité, a reçu son premier chargement le 20 septembre dernier avec l’arrivée, depuis la Chine, de quatre transformateurs destinés au réacteur thermonucléaire expérimental, en cours de cours de construction à Cadarache.

Posés sur des remorques, les transformateurs ont embarqué sur la barge « Beluga 2 » acquise par la Compagnie Fluviale de Transport. Un processus lent, la barge devant simultanément ballaster pour maintenir sa stabilité.

Autrefois vouée à la construction de plates-formes pétrolières en mer Caspienne, la « Beluga 2 » entame une seconde vie au service de l’énergie de fusion. Cette barge a ainsi acheminé les quatre colis par la mer. Seulement une poignée d’heures de navigation pour parcourir les 15 miles nautiques qui séparent le Golfe de Fos de Berre via le canal de Caronte. Une fois arrivés au port de la Pointe, les poids lourds parcourent ensuite 104 km pour rejoindre Cadarache. Ce schéma logistique concerne les colis les plus imposants qui arriveront à compter de fin 2018, début 2019.

D’ici à 2023, ce sont près de 200 composants en provenance de 35 Etats membres qui transiteront sur cette rampe. Cofinancée par des entreprises (CEA, Daher, Sosersid et CFT) à hauteur de 2,7 millions d’euros, l’infrastructure sera exploitée prioritairement par Daher chargé d’assurer jusqu’en 2020 le pilotage des flux logistiques pour le compte d’Iter. Pour Sosersid, pour manutentionnaire d’Arcelor-Mittal retenu pour les opérations de saisissage des composants d’Iter, cet investissement devrait également ouvrir la voie à de nouveaux trafics de colis lourds notamment pour le compte des industriels de la Vallée du Rhône.

Nathalie BUREAU DU COLOMBIER

nbdc


Rédigé par nbdc, le Jeudi 21 Septembre 2017 | Lu 0 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >