Menu

Municipales 2020 : le monde économique s’en mêle


           



A trois mois des élections, les principales organisations patronales du territoire ont présenté leurs propositions économiques pour les futurs maires. L’Upe 13 va plus loin en demandant aux candidats de s’engager sur des programmes.

Le monde économique ne veut pas rater de porter sa voix à l’occasion de la prochaine élection municipale déjà qualifiée d’historique pour de nombreux observateurs de la vie politique marseillaise. Après le Livre Bleu présenté par le président de la CPME des Bouches-du-Rhône aux candidats (dont Martine Vassal auprès de laquelle il s’est engagé) jeudi dernier, et les 15 propositions de Tous Acteurs Municipales 2020 de la CCIMP, l’Upe 13 a elle aussi présenté son dispositif d’engagement, « le plus légitime », selon son président Philippe Korcia. « Nous sommes le leader de la représentation indépendante des entreprises et notre financement intégral par les cotisations de nos adhérents nous garantit une totale liberté de pensée et d’action », détaille-t-il. Le syndicat agrège 5 grandes fédérations professionnel (bâtiment, chimie, agroalimentaire, métallurgie, maritime) et 110 syndicats et groupements professionnels dont l’hôtellerie-restauration, l’immobilier, les commerces, les banques ou les transports. Son pouvoir n’est donc pas symbolique. « L’Upe 13 ne peut pas faire gagner un candidat, mais elle peut en faire perdre », a averti son président intérimaire, par ailleurs dirigeant de Voyages Eurafrique et président du conseil d’administration de l’Urssaf Paca. « Le temps court force à l’action », confie-t-il.

Le dispositif Municipale 2020 qu’il a conçu avec ses équipes va donc aller droit au but pour imposer le monde économique dans la campagne : son Pacte Eco, qui sera disponible fin janvier, invitera les candidats à cocher leur engagement sur une liste d’une trentaine de propositions concrètes qui vont être élaborées avec les membres de l’organisation. Une dizaine de réunions à Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, Salon, Martigues et Arles, sont organisées depuis plusieurs semaines pour élaborer la liste des priorités du monde économique qui doivent alimenter ce Pacte. Quelques unes se dessinent déjà : la revitalisation des centres-villes, « essentielle en particulier à Marseille qui ambitionne de devenir une ville-monde », selon, Marie Bagnoli Grimal, vice-présidente au commerce. Mais aussi la mobilité, notamment la gestion de la logistique du dernier kilomètre, ou encore la co-construction – entre politiques et entrepreneurs - du développement de la ville. « Les candidats doivent prendre position et s’engager sur l’économie », renchéri Philippe Korcia. Reste à savoir s’ils sont suffisamment armés sur la question. Pour en avoir le cœur net, l’Upe 13 testera leurs connaissances du monde de l’entreprise à l’occasion de plusieurs rencontres territoriales retransmises par Facebook Live. Un grand débat entre les candidats à la présidence de la métropole sera également organisé le 5 mars.

Paul Molga

oolive


Rédigé par oolive, le Mardi 17 Décembre 2019 | Lu 3 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter