Menu

Optitec dévoile sa vision de son futur


           



Dans sa 4ème feuille de route, le pôle photonique et imagerie Optitec veut accélérer l’accès au marché et à l’international des innovations des PME. Un nouveau directeur général va s’y employer : Marc Ricci.

Avec 220 adhérents dont 130 TPE/PME et une couverture sur deux régions, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Occitanie, le pôle photonique et imagerie Optitec apparaît bien ancré dans le paysage économique du sud de la France. Mais la transversalité des technologies photoniques à plusieurs secteurs industriels (sécurité/défense, santé, ville et mobilité intelligentes, agriculture numérique, industrie du futur…) et la croissance du marché mondial, supérieure à 6% par an, d’ici à 2020, l’incitent à vouloir agir encore plus et mieux pour la filière. C’est l’objectif de sa feuille de route pour 2019-2022, dévoilée le 29 janvier dans l’enceinte du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille, à Château-Gombert, par la directrice, Delphine Lapray, et son successeur qui va la mettre en œuvre, Marc Ricci. Ce docteur en physique, ex-dirigeant cofondateur de la start-up Crosslux, a mesuré les besoins (et difficultés) très particuliers des entreprises dans la promotion de leurs innovations. « Cette stratégie a été construite par et pour les PME, explique Delphine Lapray. Elle vise à les aider à identifier les marchés qui leur permettront de croître, de produire et commercialiser leurs produits à l’international, d’accéder à des projets de R&D européens, de développer leurs compétences et de financer leurs recherches et leur expansion ». « Nous voulons apporter des solutions globales pour que nos adhérents aillent plus vite de l’innovation au marché en confortant et renouvelant notre offre de services » insiste Marc Ricci.

Diversification des services et ressources

Le plan repose sur plusieurs pistes d’actions. Le pôle se fixe ainsi pour ambition de remporter trois nouveaux projets européens de R&D, comme coordinateur ou partenaire, et d’emmener 8 à 10 PME sur ces consortiums qui répondent aux appels à projets européens afin de plancher sur les technologies de rupture de demain. Il veut aussi faire jouer l’effet réseau plus ardemment : déploiement d’actions de mentorat avec des jeunes pousses, renforcement des interactions entre membres « pour une performance individuelle et collective », développement de la plate-forme Light2Share de mutualisation d’utilisation d’équipements techniques de pointe, complémentarités technologiques renforcées avec les autres pôles de compétitivité régionaux, nationaux ou européens, appui au recrutement… Doté d’un budget de 1,9 million d’euros, abondé pour moitié par des fonds publics, Optitec devra parallèlement dégager de nouvelles ressources aptes à assurer sa pérennité. « Parvenir à l’autofinancement à terme est une priorité pour nous » a glissé en introduction le vice-président, Laurent Coyon, dirigeant de Savimex à Grasse (optiques polymères de précision). La conquête de nouveaux adhérents en Occitanie (20% du nombre actuellement) contribuera à la consolidation du modèle économique. En 2022, Optitec veut atteindre le cap des 300 membres. L’expertise de l’équipe du pôle sera également mieux valorisée. Les accompagnements conçus sur-mesure pour des entreprises pourront ainsi être facturés, « d’où la nécessité de bâtir une offre de services solide et convaincante » martèle Marc Ricci, conscient de l’ampleur de la tâche à un moment où l’Etat tend à se désengager du financement des pôles…

Jean-Christophe Barla

Légende photo JC Barla

Delphine Lapray et Marc Ricci, respectivement ancien et nouveau directeur général du pôle Optitec.

    

jcbarla


Rédigé par jcbarla, le Vendredi 1 Février 2019 | Lu 3 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020




Facebook

Derniers tweets


Inscription à la newsletter