Menu

PatrIMMOnium acteur clé de la résidence secondaire

Immobilier

           

Selon l'agence marseillaise PatrIMMOnium, l’engouement pour l’acquisition de résidences secondaire en Corse et dans les stations des Alpes ne cesse de se renforcer. En jeu ? Un achat patrimonial dynamisé par la volonté de sortir des zones urbaines.


Le marché de la résidence secondaire se porte bien. Ici, un chalet à Vars,
Le marché de la résidence secondaire se porte bien. Ici, un chalet à Vars,
Si l’activité du cabinet PatriMMonium qui vient de fêter sa dixième année d’existence a été ralentie pendant le premier confinement, il n’en est rien lors de la période actuelle. D’une part, l’utilisation d’outils technologiques tels que la signature électronique, a permis à l’entreprise de tirer son épingle du jeu, de l’autre, « une vraie appétence se fait sentir pour des aménagements et achats d’agrément comme la résidence secondaire » note Philippe Labbé, fondateur de PatrIMMOnium. Au-delà de la rentabilité et de la performance locatives, le critère patrimonial prend le dessus. La volonté d'un bien-être immédiat est tangible, ce qui n’était pas le cas auparavant, d’où la montée en puissance d’un projet de vie secondaire, de préférence en dehors du tumulte citadin. Résultat des courses, le panier moyen augmente d’à peu près 10% et les ventes se multiplient en dehors des grandes zones urbaines. « Début décembre, deux projets en Corse se sont monnayés 700 000 euros chacun en une semaine ». La montagne a aussi ses adeptes. A Montgenèvre, 17 logements ont été vendus en deux mois. Et 2021 s’annonce prometteur, avec 150 logements  en Corse en promotion entre Porto Vecchio, Sainte Lucie, Calarossa, Ajaccio et Santa Manza près de Bonifacio. Autre destination, à Vars, deux projets de 15 et 12 logements ainsi que 3 chalets sont programmés, ainsi que 22 logements à Serre Chevalier.  « L’augmentation des rythmes de commercialisation est indubitable, notamment pour des appartements correspondant aux modes de vie actuels, un deux pièces fait aujourd’hui 40 mètres carrés alors qu’il n’en faisait que 25 dans les années 70 ». Pour PatrIMMOnium, le choix effectué il y 5 ans, de se positionner sur des marchés de niche s’avère porteur. L’agence fédère les promoteurs de l’Ile de Beauté avec une offre qui s'étend en fonction des logements de 77 000 à 2 millions d’euros et de 100 000 euros à 800 000 euros sur les zones montagnardes. « L’équipe se renforce, nous sommes passés de 3 à 8 personnes. Malgré les deux mois de confinement, nous réalisons en 9 mois, 1 million d’euros de CA, comme l’année dernière et visons les 1,3 millions d’euros à terme avec 50 % de l’activité désormais consacrée aux marchés de résidence secondaire en Corse et à la montagne"  conclut Philippe Labbé.



Rédigé par Fabienne Berthet, le Jeudi 17 Décembre 2020 | Lu 387 fois