Menu

Provepharm Life Solutions s’offre un nouveau bond en avant


           



En investissant 9 millions d’euros dans son unité-pilote « Cube 2 » sur le Technopôle de Château-Gombert, l’entreprise se projette plus loin que le produit qui fait sa réussite : le bleu de méthylène.

PDG de Provepharm Life Solutions qu’il a créée en 1998, Michel Féraud peut regarder avec fierté le chemin accompli depuis qu’il martelait sa conviction dans le potentiel mondial du bleu de méthylène s’il était purifié et produit en qualité pharmaceutique pour traiter l’empoisonnement du sang. L’ancien étudiant de la faculté des sciences de Saint-Jérôme devenu docteur en pharmacie a inauguré le 25 septembre à Marseille une nouvelle unité, le Cube 2, à côté de son « Cube 1 » sur le Technopôle de Château-Gombert où il s’était promis d’entreprendre. Le parcours n’a pas été sans heurt, ni inquiétude et combats douloureux, mais aujourd’hui, la PME pharmaceutique a atteint un chiffre d’affaires de 38,5 millions d’euros pour une soixantaine de salariés (dont six recrutés pour cette unité) et elle distribue sur plus de trente pays son Proveblue (Provayblue aux Etats-Unis). « Nous avons progressé de 24% en 2018, nous maintiendrons ce rythme cette année. Quoi qu’on dise, les entrepreneurs sont bien accueillis en France, confie celui qui a fait ses premiers pas dans la pépinière de Marseille Innovation, à la tête de Provence Technologies, l’enseigne originelle. Nous avons été soutenus par la Région, par différents dispositifs d’aide à l’embauche, à l’investissement, par l’accélérateur régional avant d’intégrer le national, par Bpifrance, même quand la situation s’est compliquée pour pénétrer le marché américain. Avec mon associé, ami d’enfance, nous avons pu conserver le contrôle majoritaire de la société. Aux Etats-Unis, vous levez beaucoup de fonds mais vous devenez le salarié de ces fonds. Aujourd’hui, je m’efforce donc de rendre à l’économie locale ce que j’ai reçu en m’impliquant aux côtés de startupers, dans l’aide à l’insertion de jeunes, l’accueil de stagiaires… ». Une attitude de chef d’entreprise louée par Jean-François Dehecq, fondateur de Sanofi en 1973, entré au capital de Provepharm lorsqu’elle souffrait, avec l’intention d’aider Michel Féraud à la faire monter très haut. « Une entreprise ne se développe pas avec une attitude d’expert-comptable… Avec sa vision et ses valeurs, il sait entraîner ses équipes et elles le lui rendent bien quand on voit leur implication » souligne-t-il.

Des réacteurs moteurs de croissance

Issue d’un chantier d’aménagement de 18 mois, « Cube 2 » a nécessité un investissement de 9 millions d’euros. Elle va permettre à l’entreprise de produire ses propres principes actifs, le bleu de méthylène et les futurs qu’elle entend explorer sur d’autres molécules à revitaliser. Ses quatre réacteurs de 650 litres, 2 x 250 litres et 60 litres implantés dans l’atelier complété par une salle blanche occupent 500 m2. Mais le bâtiment complet représente une superficie de 3 000 m2. Il y a encore de la place pour se développer. Provepharm Life Solutions n’entend pas se contenter d’une croissance organique, même à deux chiffres, au vu des besoins du marché et des attentes de millions de patients dans le monde. Des acquisitions pourront se concrétiser prochainement, grâce à la levée de fonds opérée au printemps dernier…

Jean-Christophe Barla

jcbarla


Rédigé par jcbarla, le Jeudi 26 Septembre 2019 | Lu 4 fois





>>> Dans la même rubrique >>>
< >





Businews Mag

Businews N° 194 Juin 2020


Businews N° 194 Juin 2020


Facebook

Derniers tweets

Les plus lus

Inscription à la newsletter